Le président de la Fondation Jean Allard, Carl Côté, Stéphanie, qui espère avoir un logement aux Habitations du Parc, la présidente de l’Association pour le développement de la personne handicapée intellectuelle du Saguenay, Louisette Couture, la présidente des Habitations Plus, Carole Dionne, la ministre de l’Habitation Andrée Laforest, la mairesse Josée Néron, Olivier, qui souhaite s’installer dans les nouveaux appartements et Marc Thibeault, du CIUSSS, ont procédé à l’annonce.

Des logements pour plus d'autonomie

Après sept ans d’attente, le projet des Habitations du Parc, à Chicoutimi, se concrétisera d’ici un an. La construction de trois immeubles abritant 99 logements destinés aux personnes vivant avec un handicap physique ou intellectuel et aux personnes ayant un modeste revenu a été annoncée vendredi matin par le gouvernement du Québec. Le chantier de 16M$ se mettra en branle d’ici la fin de l’été et on souhaite accueillir les premiers locataires l’an prochain. Il s’agit d’un projet unique au Québec et la ministre de l’Habitation, Andrée Laforest, espère que le modèle sera copié et qu’il fera des petits ailleurs en province.

Les Habitations du Parc, situées face au parc Rosaire-Gauthier de la rue Bégin, seront destinées à des personnes qui souffrent d’un handicap physique, d’une déficience intellectuelle ou du spectre de l’autisme, par exemple. Pour les parents de ces jeunes, mais aussi moins jeunes, ce projet enlèvera un poids sur leurs épaules. «Ça fait sept ans qu’on l’attend. Mon fils me demande souvent s’il va pouvoir aller en appartement un jour, s’il va pouvoir conduire une voiture et être autonome. Je ne savais pas trop quoi lui répondre, mais maintenant, nous avons enfin une solution», a expliqué Annie Côté, maman d’Olivier, un jeune homme de 20 ans atteint d’autisme. 

Le jeune homme était d’ailleurs très content de participer à la conférence de presse pour l’annonce du projet, vendredi. «C’est difficile parfois pour nous de faire la cuisine, les budgets et ça prend de l’encadrement pour être autonome. Mais aller en appartement, c’est quelque chose que je veux faire depuis longtemps. Inviter mes amis, faire des soirées et faire la cuisine», a souligné Olivier, tout sourire. 

Les Habitations du Parc ne prévoient pas seulement un accès à des logements, mais aussi une foule de services sociaux et de santé. De plus, les locataires auront droit à des aires communautaires, comme une salle à manger, une cuisine et des salles de rencontres sociales. «C’est vraiment un milieu de vie pour eux. Et pour les parents, ça nous donne tout un coup de pouce, car on vieillit et on ne sera pas toujours là pour eux. C’est rassurant», a ajouté la mère d’Olivier. 

Le projet avait été annoncé il y a sept ans, mais les investissements nécessaires n’avaient pas encore été réunis. Sur les 16M$, cinq proviennent de Saguenay. De son côté, la ministre Andrée Laforest a annoncé que la Société d’habitation du Québec offrait 6,1M$, ce qui s’ajoute au prêt hypothécaire de 10,2M$ contracté par le promoteur du projet.

«C’est un modèle à copier, puisqu’il s’agit du premier projet d’habitation du genre au Québec. J’espère qu’il fera des jaloux et qu’il y aura d’autres immeubles du genre ailleurs», a affirmé la ministre Laforest, qui était accompagnée, lors de l’annonce, par la mairesse de Saguenay, Josée Néron, le président de la Fondation Allard Carl Côté, la présidente de l’Association pour le développement de la personne handicapée intellectuelle du Saguenay, Louisette Couture, Marc Thibeault, du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux et Carole Dionne, présidente des Habitations Plus.

Quarante-six logements seront réservés aux locataires souffrants d’une déficience, qu’elle soit physique ou intellectuelle, et 53 autres seront destinés à des couples ou des personnes seules à faible revenu. «C’est vraiment un beau projet, puisqu’il donnera accès à l’autonomie à plusieurs personnes de Saguenay», a souligné la mairesse Josée Néron. 

Le président de la Fondation Jean Allard, Carl Côté, était ému par l’annonce du projet. Il a d’ailleurs tenu à remercier tous ceux et celles qui ont travaillé à sa concrétisation.  

La construction devrait débuter au cours des prochaines semaines et on espère l’inauguration dans un an.