Le prix des loyers augmente à Saguenay, mais il demeure facile de trouver un logement.

Des logements plus chers

Dans un Québec qui se dirige vers une autre crise du logement, les locataires de Saguenay font figure d’exceptions, selon une étude de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS). Ils paient leurs loyers un peu plus chers, mais il demeure facile de se loger dans la capitale régionale.

À la veille du 1er juillet, alors que des centaines de personnes s’apprêtent à déménager, le chercheur qui a réalisé cette étude pour l’IRIS, Philippe Hurteau, parle de la rencontre de deux dynamiques de crise à l’échelle nationale. L’augmentation des prix des loyers s’ajoute à la baisse des taux d’occupation.

« Dans les dernières années, malgré le fait qu’on n’était pas en situation de pénurie, les loyers augmentent plus vite que l’inflation et que les revenus des locataires. Maintenant que l’on se dirige vers une situation de pénurie, on peut s’attendre à ce que ça fasse flamber encore plus le prix des loyers », raconte M. Hurteau sur la situation provinciale.

Si Saguenay s’en sort plutôt bien, le portrait n’est pas totalement rose non plus. « Le cas de Saguenay est paradoxal. D’un point de vue statistique, il ne semble pas du tout manquer de logements. Quelqu’un qui s’en cherche un peut en trouver un facilement, mais il y a quand même une augmentation des coûts [des loyers]. Elle n’est pas vertigineuse, mais quand même », précise M. Hurteau, qui convient que Saguenay se tient à part du contexte québécois depuis plusieurs années.

Les chiffres confirment le portrait dressé par Philippe Hurteau. Alors que l’on considère un taux d’inoccupation de 3 % comme étant équilibré, celui de Saguenay s’établit à 5 % en 2018, en baisse de 1,8 % comparativement à 2017. Bien qu’il reste un grand nombre de logements disponibles, le taux a cependant fléchi plus qu’à l’habitude pendant cette période.

Prix moyen

Le prix moyen d’un logement s’est quant à lui maintenu. On payait 588 $ en moyenne pour un logement en 2017. Le montant d’un loyer était de 581 $ en 2018. Avec Trois-Rivières, Saguenay est la seule ville où le prix moyen des logements se situe sous les 600 $.

C’est dans les villes de Gatineau, Montréal et Rouyn-Noranda que la situation est la plus problématique. Les taux d’inoccupation sont sous le seuil des 2 %.

Le taux d’inoccupation provincial a chuté à 2,3 % en 2018.