Le tracteur disposé dans la cour de l’école Sainte-Thérèse à La Baie a attiré l’attention des jeunes lors de l’atelier thématique portant sur la sécurité près de la machinerie agricole lors du premier Sécurijour.

Des jeunes sensibilisés aux dangers à La Baie

À l’approche des grandes vacances estivales, les élèves de niveau primaire de l’école Sainte-Thérèse, de La Baie, ont reçu plusieurs leçons portant sur la sécurité dans toutes sortes de contextes avec la tenue d’un Sécurijour dans la cour de l’établissement.

Pour la première fois au Saguenay, des jeunes ont pu participer à une douzaine d’ateliers portant sur la sécurité à vélo, l’approche des chiens, la protection contre le soleil, les comportements à adopter près de la machinerie agricole ou lors d’une promenade en VTT, la sécurité à la baignade, à vélo, au traumatisme crânien, passages piétons, le lavage des mains, les premiers soins, les incendies et autres.

En entrevue, Nicolas Maltais, conseiller coordonnateur à l’UPA Saguenay-Lac-Saint-Jean, explique que les Sécurijours existent depuis 1995 en milieux scolaires en Amérique du Nord et qu’au Lac-Saint-Jean, on en est à une onzième année. « Mon fils fréquente l’école Sainte-Thérèse. J’ai présenté ce projet à titre de membre du comité d’établissement à la directrice Marie-Josée Simard. On travaille là-dessus depuis janvier », explique-t-il.

La formule des Sécurijours misant sur l’organisation communautaire, l’équipe du comité s’est mise à la tâche de trouver des animateurs et des équipements de démonstration. La collaboration d’organismes publics, comme les pompiers de Saguenay ou les clubs de quads, a été assurée.

Jennifer Savard, inspectrice en gestion et analyse des risques au service des incendies de Saguenay, a prodigué des conseils concernant les dangers reliés au feu.

À titre d’exemple, pendant une vingtaine de minutes, les jeunes attroupés devant des VTT à l’atelier animé par Benjamin Beaudet, agent de sentier et formateur quad, ont été sensibilisés à la nécessité de porter un casque de sécurité, des souliers couverts ainsi qu’au fait qu’il faut avoir l’âge minimum obligatoire de 16 ans pour conduire ce type de véhicules qui constituent des attraits dès le jeune âge.

L’atelier portant sur la machinerie agricole a été particulièrement prisé des jeunes en raison de la présence dans la cour d’un beau tracteur de couleur orange flambant neuf.

Sébastien Gaudreault, paraplégique et lui-même victime d’un accident de tracteur sur la ferme familiale à l’âge de trois ans et demi, a prodigué des conseils sur la nécessité de s’éloigner de ces engins. Pour la jeune Bianca Gobeil, dont les parents ont été propriétaires d’une ferme et ont effectué des travaux de déneigement, il ne s’agissait pas d’une nouveauté, puisqu’elle avait été depuis longtemps sensibilisée aux dangers des tracteurs.

La récompense est venue lorsque chaque élève a pu monter à bord du tracteur et s’asseoir quelques secondes sur le siège du conducteur.

Le pompier de Saguenay et l'inspectrice en gestion et analyse des risques au service des incendies de Saguenay,  Gabriel Simard et Jennifer Savard, étaient également présents. Ils ont dispensé l’atelier portant sur les avertisseurs de fumée, l’évacuation d’urgence, les dangers des briquets et allumettes. Selon eux, les conseils prodigués aux jeunes laissent des traces. « Lorsqu’on questionne les jeunes, on constate qu’ils ont accumulé de l’information et que le message a passé puisque beaucoup de parents rapportent avoir été sensibilisés par leurs propres jeunes », conclut Mme Savard.