La trentaine d’immigrants en provenance de Montréal ont pu rencontrer des employeurs ayant des compétences particulières afin de combler leurs besoins de main-d’oeuvre.

Des immigrants en visite au Saguenay

La Chambre de commerce et d’industrie Saguenay–Le Fjord poursuit les efforts afin d’inciter les immigrants à venir s’installer en région avec la tenue de la troisième édition de l’activité Un emploi en sol québécois, au cours de laquelle elle a accueilli 29 personnes installées depuis moins de cinq ans au Québec, principalement dans la métropole montréalaise.

Organisée en collaboration avec la Fédération des chambres de commerce, l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et différents organismes régionaux oeuvrant en immigration, l’activité a visé à mettre en contact une quinzaine d’employeurs potentiels avec les participants à l’occasion de rencontres rapides.

Vendredi matin, le hall d’entrée de l’Hôtel Chicoutimi a été le théâtre de l’entrée des immigrants, accueillis par une haie d’honneur composée de la mairesse de Saguenay, Josée Néron, du nouveau député bloquiste Mario Simard, du préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay, Gérald Savard, ainsi que Lison Rhéaume, directrice régionale de Services Québec.

Selon Sandra Rossignol, directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay–Le Fjord, une centaine d’employeurs de la région ont été préinscrits à l’activité. Ce nombre a été réduit par la suite à une quinzaine. Elle a indiqué que les critères de sélection visaient à encadrer le plus possible les compétences des candidats en concordance avec les besoins des employeurs présents.

Parmi les candidats sur place, Bertrand Njounke, 35 ans, un Camerounais ayant une formation en plomberie, est débarqué il y a tout juste cinq semaines dans la région de Montréal. Lors d’une courte entrevue, M. Njounke a expliqué qu’il a décidé d’effectuer une visite dans la région parce qu’il a vite constaté que le marché pour les plombiers était davantage saturé dans la région de Montréal. « Je me suis dit : ‘‘Pourquoi ne pas tenter ma chance en région ? ’’ »

Un emploi en sol québécois en était à sa 38e édition dans l’ensemble de la province, selon Benoît Malric, directeur du programme immigration. Un total de 1567 entretiens exploratoires ont eu pour résultat d’attirer 82 unités familiales dans les régions, dont quatre au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

À ceux qui jugent ce résultat plutôt faible, Mme Rossignol explique que le processus de régionalisation de l’immigration est très complexe pour ces immigrants ayant déjà un pied à terre dans la région montréalaise avec leur famille. « Ça demande beaucoup de temps et d’efforts. Les gens qui se sont installés ici sont des pionniers. Ce n’est pas la quantité qui compte, mais la qualité. C’est un succès que d’avoir attiré quatre unités familiales ici, puisque ces gens ne seraient jamais venus sans cette initiative », déclare-t-elle.

Mme Rhéaume a mentionné que le programme Un emploi en sol québécois n’est qu’une avenue parmi d’autres pour attirer des immigrants dans la région.

Alors que le dossier de l’immigration défraie l’actualité, la mairesse Josée Néron a déclaré que la première mouture du Programme expérience Québec aurait été une catastrophe pour les 3000 étudiants collégiaux et de l’UQAC qui auraient été touchés.

Carl Laberge, président de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay–Le Fjord, Mario Simard, député bloquiste deJonquière, Josée Néron, mairesse de Saguenay, Lison Rhéaume, directrice de Services Québec, Sandra Rossignol, directrice de la chambre de commerce, et Gérald Savard, préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay, ont fait partie de la haie d’honneur pour accueillir les 29 immigrants en provenance de Montréal.