L’ex-président de Résolu, Richard Garneau, et Hyriel Blouin, un gestionnaire de camp forestier de l’époque de la Consolidated Bathurtst, ont présenté la cloche de Van Bruyssel aux participants au congrès de l’Association forestière du Saguenay-Lac-Saint-Jean. La cloche porte le nom d’un ingénieur forestier qui avait légué son nom à un canot forestier à proximité de Lac-Bouchette.

Des épidémies d’insectes à prévoir

L’augmentation de la température moyenne dans la forêt boréale pourrait favoriser les épidémies d’insectes, dont la tordeuse du bourgeon de l’épinette qui ravage des superficies importantes de territoire.

Ce sont aujourd’hui les écailles provenant des ailes des papillons de la tordeuse qui permettent d’avancer cette hypothèse avec un retour dans le passé de 8000 ans. Selon le titulaire de la chaire industrielle de recherche sur la croissance de l’épinette noire, Hubert Morin, d’autres éléments sont à vérifier, mais il y a de fortes chances que cette hypothèse se confirme.

Devant les participants au congrès de l’Association forestière régionale, Hubert Morin a présenté les premiers résultats des analyses des sédiments récupérés dans le fond des lacs et contenant les écailles d’ailes des papillons. Le chercheur a pointé une augmentation de concentration des écailles dans des sédiments remontant à approximativement 6000 ans.

Il se trouve que cette augmentation survient à une époque où le climat était plus chaud dans cette partie du globe. La seconde augmentation des épidémies arrive à notre époque alors que les changements climatiques ont approximativement 60 ans. De plus, les épidémies ont tendance à monter vers le nord avec l’augmentation de la température.

De la même façon, les chercheurs avaient observé un ralentissement des épidémies pendant le 19e siècle, ce que les climatologues identifient comme étant la petite ère glaciale.

Les chercheurs étaient en mesure de recréer l’histoire des épidémies d’insectes en procédant à l’analyse des arbres récupérés dans les lacs. La nouvelle technique qui consiste à utiliser les sédiments des lacs permet d’avoir une vision de ces phénomènes sur des milliers d’années.

+

HOMMAGE AU TRAVAILLEURS FORESTIERS

L’ex-président de Produits forestiers Résolu, Richard Garneau, souhaite rendre hommage aux travailleurs forestiers qui ont oeuvré dans des conditions difficiles.

Le congrès de l’Association forestière régionale consacre toujours un moment à l’histoire. Richard Garneau a ainsi dévoilé la cloche de Van Bruyssel, provenant de la locomotive du train qui transportait les travailleurs forestiers de la région vers les chantiers de la Mauricie.

La cloche a par la suite été installée à l’Usine Laurentides. Depuis la fermeture de cette papeterie, la cloche a été ramenée au Lac-Saint-Jean. Richard Garneau souhaiterait que ce symbole d’une époque pas si lointaine soit déposé dans un bâtiment de bois érigé juste après l’entrée des visiteurs au Zoo de Saint-Félicien.

«La cloche serait au centre du bâtiment. On pourrait placer sur les murs des photographies et autres objets afin de rendre hommage aux travailleurs forestiers qui ont permis de développer notre économie. Avant la forêt, il n’y avait pas beaucoup d’économie au Lac-Saint-Jean», a expliqué Richard Garneau.

Le principal intéressé refuse d’utiliser pour le moment le terme «musée». Il préfère se contenter de parler d’un pavillon en hommage aux travailleurs bien en vue et accessible au plus grand nombre de visiteurs possible.