Grâce au travail du club social et à l’implication des gestionnaires, des employés de la Coopérative de services à domicile Lac-Saint-Jean-Est ont eu la chance de visiter New York.

Des employés visitent New York

Dans un contexte où les problèmes entourant la gestion de la main-d’œuvre sont sur les lèvres de bon nombre de dirigeants, certaines entreprises empruntent un chemin pavé de mesures novatrices. Ces milieux de travail offrent bien plus qu’une rémunération ou des avantages sociaux attrayants afin d’assurer, entre autres, une rétention maximale du personnel.

La Coopérative de services à domicile Lac-Saint-Jean-Est est guidée par cette philosophie de gestion en incorporant ces nouvelles pratiques. Au cours des dernières semaines, le club social a permis à une quarantaine de personnes, dont 27 employés, de visiter New York pendant quelques jours. À peine revenus, les employés et gestionnaires constatent déjà les retombées positives.

Souhaitant sortir des sentiers battus en termes d’activités offertes à ses membres, le club social a lancé l’idée, qui de prime abord semblait folle, de visiter New York.

Le comité social a permis de négocier les meilleurs prix pour les employés en plus d’orchestrer un itinéraire sur mesure permettant de découvrir les incontournables de la Grosse Pomme. Pendant plusieurs mois, une retenue sur la paie a permis aux employés d’amasser les fonds nécessaires. À travers ses activités régulières, le club transmettait l’information aux participants. Celui-ci a même remis 100 $ en devise américaine à la vingtaine d’employés participants.

« C’était quelque chose d’audacieux. La coopérative a une certaine responsabilité. On a dû regarder l’aspect légal. Heureusement, la direction nous a appuyés », explique la superviseure des services, Marie-Claude Dallaire.

La superviseure des services Marie-Claude Dallaire, la formatrice Danielle Drolet, les employés Cynthia Tremblay-Fortin et Julie Bourgeois, l’agente à l’affectation Mélanie Girard et la technicienne comptable Michelle Vaillancourt ont raconté la préparation du séjour à New York.

La Coopérative de services à domicile compte plus de 230 employés, dont beaucoup de mères de famille et plusieurs en situation de monoparentalité.

Outre le fait de voyager et de découvrir une ville américaine d’importance, l’objectif de cette activité était de faire vivre quelque chose d’abordable à ceux qui ne peuvent le faire au quotidien.

Le séjour américain aura donné quelques mots de tête à l’équipe d’affectation de la coopérative. Heureusement, aucune anicroche n’aura eu d’impact sur les touristes jeannois et le déroulement de leur périple.

« Ils nous ont assurés d’avoir un horaire de travail qui nous permettait de partir. Ce n’est pas toujours facile puisque nous travaillons la fin de semaine et le voyage se déroulait pendant une fin de semaine », explique l’employée Julie Bourgeois qui a participé à l’activité.

Certes, cette première expérience est positive et concluante tant pour la partie patronale que pour la main-d’œuvre. Les employées Cynthia Tremblay-Fortin et Julie Bourgeois n’hésiteraient pas à participer à un autre voyage du genre.

Toutefois, les employés de la Coopérative de services à domicile Lac-Saint-Jean-Est devront patienter quelques années avant de boucler leurs valises de nouveau.

Les personnes dédiées au projet souhaitent attendre deux ans afin d’amasser le budget nécessaire. Par ailleurs, elles gardent en tête que ce type d’activité ne rejoint pas tous les membres du club social. Ainsi, les voyages doivent rester au cœur des activités offertes sans toutefois pénaliser les gens qui ne sont pas intéressés.