On espère préserver la statue de Notre-Dame-du-Saguenay, sur le cap Éternité.

Des discussions pour préserver la statue

Le sort de la statue de Notre-Dame-du-Saguenay, l’œuvre colossale de Louis Jobin, qui trône sur le cap Éternité depuis 1881, fera l’objet de discussions afin de trouver la façon de la préserver et de la sauvegarder pour les générations futures.

Lors de la réunion mensuelle du conseil de la MRC du Fjord-du-Saguenay tenue mardi à Sainte-Rose-du-Nord, les élus présents ont donné leur accord à la formation d’un comité spécial dont le mandat sera de trouver une solution sur la façon de préserver l’œuvre, un symbole de l’identité régionale, au plan administratif.

Selon le maire de Rivière-Éternité, Rémi Gagné, la statue restaurée en 2011 par le Centre de conservation du Québec est en bon état, sauf que son propriétaire, la Société historique du Saguenay, dispose de faibles ressources financières pour entretenir l’œuvre et le terrain sur lequel elle repose. De plus, le site est enclavé par le Parc national du Fjord-du-Saguenay, qui aurait fait des approches pour acquérir la représentation de la Vierge Marie figurant au Registre du patrimoine culturel du Québec, ce qui demeure un sujet de préoccupation pour les élus Éternitois.

Après discussions tenues ces derniers mois entre divers intervenants, il a été convenu de former un comité qui inclut le préfet Gérald Savard, le maire Rémi Gagné, le président de la Table de concertation du Bas-Saguenay, le directeur du Parc, un représentant du ministère de la Culture, de la Société historique, un agent de développement culturel et communautaire de la MRC et le coordonnateur du Service de l’aménagement du territoire.

Le préfet Gérald Savard a mentionné que parmi les solutions à définir, il est déjà hors de question de se porter acquéreur de l’œuvre puisqu’elle se situe en territoire municipalisé contrairement à celui de Bardsville, où la MRC investit en territoire non organisé.

Ligne Micoua-Saguenay
Le conseil a entériné l’avis favorable du comité consultatif agricole au sujet de l’aménagement par Hydro-Québec de la future ligne électrique qui reliera les postes Micoua et Saguenay, un projet de 700 M$. Cet avis était nécessaire compte tenu de la démarche entreprise par Hydro-Québec devant la Commission de territoire agricole. Le territoire impliqué se situe à Saint-Honoré et touche 751 hectares de terre.