Le président de la Commission des finances de Saguenay, Michel Potvin.
Le président de la Commission des finances de Saguenay, Michel Potvin.

Des dettes à rembourser jusqu’en 2030, mais pas de hausse «effarante» des taxes

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Les dettes accumulées par l’ancienne administration municipale de Saguenay seront remboursées en 2030. C’est ce qu’a expliqué le grand argentier de Saguenay, Michel Potvin, lorsque questionné sur l’état des finances de la Ville par un citoyen. Le président de la Commission des finances a toutefois affirmé ne pas prévoir de hausse effarante du taux de taxes en 2021.

Le conseil municipal de Saguenay a voté un règlement d’emprunt de 10 millions de dollars, lundi soir, pour le financement d’une partie du régime de retraite des employés de la municipalité. Les membres du conseil espèrent pouvoir abroger le règlement d’emprunt au printemps prochain, lorsqu’ils auront une meilleure idée des états financiers. Mais, pour l’instant, la Ville devait voter ce règlement d’emprunt afin de se préparer à devoir injecter 10M$ dans le régime de retraite.

«En tant que Ville, nous ne pouvons pas faire de déficit, alors nous n’avons pas le choix de prévoir cette éventualité», a expliqué la mairesse de Saguenay, Josée Néron, lorsque le chef de l’Alliance Saguenay, Dominic Gagnon, a questionné les membres du conseil à ce propos.

Josée Néron et le conseiller Kevin Armstrong ont expliqué que le problème de financement du régime de retraite datait de 2008, lors de la dernière crise économique. «Chaque année, l’ancienne administration municipale a étiré l’élastique jusqu’au bout. À la place de faire une saine gestion, en taxant notamment, on a emprunté. Seulement en 2016 et 2017, on parle de 47 millions de dollars», a indiqué Kevin Armstrong.

Un citoyen a d’ailleurs demandé aux membres du conseil à quel moment les dettes engendrées par l’ancienne administration allaient être remboursées.

«2030», a répondu le président de la Commission des finances, Michel Potvin.

«Simplement pour les régimes de retraite, ça aura pris 22 ans à financer, à la place de 10 ans [si l’ancienne administration avait mieux géré]», a ajouté le conseiller municipal qui représente Laterrière et Rivière-du-Moulin.

Par ailleurs, M. Potvin a souligné ne pas prévoir de hausse importante du taux de taxes en 2021. «Je veux rassurer la population. Ça va assez bien de ce côté-là», a affirmé le conseiller.