Le copropriétaire du Camping de la Colonie Notre-Dame d’Alma, Jacques Villeneuve, se désole de la fermeture de sa plage pendant une période autant achalandée.

Des désagréments pour les propriétaires de la plage de la Colonie Notre-Dame d'Alma

Les propriétaires du Camping de la Colonie Notre-Dame d’Alma se retrouvent avec une plage fermée, bien malgré eux, et ce, en pleines vacances de la construction. Déjà, ils doivent faire face à plusieurs demandes d’annulation de la part de clients.

Jeudi, le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a ordonné la fermeture temporaire de la plage à la suite de prélèvements d’analyse. La baignade y est interdite en raison d’une contamination bactérienne élevée.

Depuis, une deuxième vague de tests a été réalisée jeudi alors que les résultats devraient être connus samedi ou au plus tard, lundi. Dolores Villeneuve, qui est propriétaire avec son frère, espère une réponse samedi.

L’interdiction de baignade n’empêchait pas, vendredi, les vacanciers de profiter de la plage et du soleil. Toutefois, certains se

Ceux qui sont propriétaires du site depuis 23 ans assurent vivre une telle situation pour la première fois. « Le gouvernement devrait être un peu plus souple. Cela arrive alors qu’on vit un boum d’achalandage pendant les vacances de la construction. On comprend que c’est pour la sécurité, mais personne ne s’est rapporté comme malade. Notre plage a toujours été cotée A ou B. On a obtenu un score de D et le ministère la ferme », explique le copropriétaire, Jacques Villeneuve.

D’ailleurs, celui qui est sur le point d’ajouter 30 espaces de camping se désole de la situation alors que tous les efforts sont mis pour offrir une belle plage. « On fait le ménage deux fois par jour. Les chiens et les contenants de verre sont interdits. On a même un accès pour personnes handicapées et on se retrouve fermé pour quelque chose qu’on ne contrôle pas », ajoute-t-il.

Les propriétaires sont d’avis que les excréments des canards présents sur le plan d’eau sont en cause. La copropriétaire du site, Dolores Villeneuve, souhaite lancer un message aux baigneurs. « Ils doivent cesser de donner de la nourriture aux canards. Ils doivent s’assurer de ramasser tous leurs déchets », ajoute-t-elle en rappelant que son entreprise accepte, année après année, de se soumettre aux analyses volontaires de l’eau.

Lors de notre passage, un employé de Ville d’Alma, mandaté par une autre instance, s’est présenté sur le site afin de valider la conformité de l’affichage.