Environ 50 paroissiens étaient présents, mardi soir, à l’église Saint-Jean-Vianney de Shipshaw.

Des décisions à prendre d’ici 2021 pour la paroisse Saint-Charles-Borromée

L’Assemblée de fabrique de la paroisse Saint-Charles-Borromée a présenté la situation financière des trois églises sous sa responsabilité, mardi soir, lors d’une soirée d’information tenue à l’église Saint-Jean-Vianney à Shipshaw. Après un déficit de 24 000 $ en 2018, les finances de la Fabrique laissent voir un déficit de 27 000 $ en 2019, de quoi largement entamer les surplus accumulés d’environ 70 000 $.

Il s’agissait toutefois d’une première étape, question d’écouter les premières constatations des paroissiens et amener des projets à se manifester.

Deux autres séances auront lieu dans les deux autres églises, soit à Saint-Charles mercredi et à Saint-Ambroise jeudi, les deux fois à 19 h.

La présentation a été faite par Réjean Bergeron, le président de l’Assemblée de la Fabrique.

Des travaux assez importants devront être réalisés. Selon une évaluation faite par un architecte engagé par l’Évêché de Chicoutimi, les travaux nécessaires avoisineraient les 400 000 $ à Saint-Charles, 113 000 $ à Saint-Jean-Vianney et seulement 7800 $ à Saint-Honoré. Ce dernier temple avait déjà reçu pour environ un demi-million en travaux par le passé.

Réjean Bergeron a cependant enchaîné en indiquant qu’il trouvait certains montants élevés. « Les choses urgentes, on les a faites. Je vous demande de ne pas paniquer avec les chiffres », a-t-il lancé à la cinquantaine de paroissiens présents.

Il a aussi parlé qu’en plus des finances difficiles, le manque de relève du côté des prêtres se faisait sentir, avec un âge moyen des célébrants se situant à 72 ans dans leur paroisse. Il a même indiqué que, parfois, le précédent évêque de Chicoutimi, Mgr André Rivest, venait donner un coup de main.

Un représentant du Diocèse de Chicoutimi était présent pour épauler la Fabrique et les citoyens. Frédéric Plourde a expliqué aux paroissiens que toute décision sur la vente ou la démolition d’une église devait être entérinée en assemblée par les paroissiens avant d’être transmise à l’évêque. Celui-ci doit ensuite avoir l’appui du Conseil des affaires économiques pour aller de l’avant.

Aucune proposition dans un sens ou dans l’autre n’a été faite aux paroissiens, mardi soir, l’Assemblée de la Fabrique étant en mode écoute. Mais le message était clair sur le fait que des décisions devront être prises. « En 2021, on va commencer à rouler dans le rouge. On ne sera plus capable d’envoyer notre tribut diocésain », a averti M. Bergeron.

Sans faire aucune proposition aux paroissiens mardi soir, le président de l’Assemblée de la Fabrique Saint-Charles-Borromée, Réjean Bergeron, a averti que des décisions devront être prises d’ici 2021.