Des coupes de 9 M$ au CIUSSS

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean annonce des coupes de 9 millions $ pour l'année financière 2017-2018. Une partie des mesures adoptées générera des économies de 6,6 millions $ cette année. Le reste se fera sentir en 2018-2019.
Le plan visant l'atteinte de l'équilibre budgétaire a été déposé en séance spéciale du conseil d'administration du CIUSSS le 4 mai dernier, puis inclus au budget de la prochaine année, adopté officiellement le 15 mai. Un état de situation a par la suite été présenté par le C.A. lors de l'assemblée publique du 24 mai. Les mesures proposées sont toutefois passées sous le radar médiatique. Le réseau TVA a diffusé la nouvelle mardi.
Pour l'instant, il n'est pas possible d'obtenir de détails de la part du CIUSSS concernant les 58 mesures proposées. La direction a fait savoir qu'une démarche est en cours afin de transmettre les informations aux employés concernés et qu'aucun commentaire ne serait formulé avant la fin de celle-ci.
Selon TVA, deux postes d'infirmières aux soins intensifs seraient abolis. Des postes d'inhalothérapeutes et d'infirmières auxiliaires seraient aussi retranchés, tout comme des emplois dans les cuisines des hôpitaux. Au total, l'équivalent de 33 postes à temps plein tomberait sous le couperet du CIUSSS.
Équilibre
Dans le sommaire présenté au conseil d'administration lors de l'assemblée publique du 24 mai, la direction des ressources financières a précisé que chaque direction de l'organisation a été invitée à dresser une liste de mesures de redressement.
«Le budget prévoit l'atteinte de l'équilibre en tenant compte de certains facteurs, notamment une aide non récurrente du ministère de la Santé et des Services sociaux de 6 millions $ pour le soutien aux mesures de redressement, l'utilisation du surplus cumulé non affecté pour un montant de 1,9 million $ et la portion résiduelle de mesures d'optimisation de 2016-2017, évaluées à 6,4 millions $», peut-on lire dans la fiche sommaire.
Toujours selon les documents du CIUSSS, le ministère n'a imposé aucun plan de compression budgétaire pour l'an prochain. Toutefois, le manque à gagner causé par des mesures non réalisées en 2016-2017 et l'augmentation de certaines dépenses ont provoqué un déficit de 12,5 millions $.
Conformément à la loi, le CIUSSS doit déposer un budget en surplus ou en équilibre budgétaire. L'an dernier, la direction a annoncé une série de mesures d'optimisation totalisant 15 millions $.
Sylvain Gaudreault
Le député de Jonquière à l'Assemblée nationale, Sylvain Gaudreault, a questionné le ministre de la Santé et des Services sociaux en chambre à ce sujet, mardi. Gaétan Barrette a confirmé avoir reçu le plan de redressement soumis par le CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean au cours des dernières semaines, lequel est en cours d'analyse. Le ministre a assuré qu'il n'y aurait pas de pertes d'emplois permanents malgré les coupes pressenties. Sylvain Gaudreault est insatisfait de la réponse reçue.
«On pensait que c'était terminé les coupes en santé. On voit que ça se poursuit. Ce sont les patients de la région qui vont en payer le prix. Curieusement, pendant ce temps-là, le salaire des médecins augmente», fait valoir le député.
Parmi les coupes proposées, il est question de fermer des centres d'anticoagulothérapie de la région. La députée péquiste de Chicoutimi, Mireille Jean, a d'ailleurs dénoncé cette mesure lors de la période de questions. Sylvain Gaudreault pointe que les patients devront dorénavant se tourner vers des pharmacies pour obtenir leur médication, ce qui engendrera des coûts supplémentaires pour eux.
«Il y a de la confusion dans le message. En plus, il faut comprendre que la pharmacie, ce n'est pas l'assurance maladie, mais l'assurance médicaments. Ce sont des frais directs supplémentaires pour la population», martèle le porte-étendard du PQ.