Des comportements fautifs dénoncés chez Rio Tinto

Le prétendu non-respect de mesures d’isolement par des travailleurs de Rio Tinto revenus d’un voyage dans le Sud incite certains citoyens à dénoncer des comportements fautifs.

C’est le cas d’une dame dont le conjoint oeuvre au sein des installations de Rio Tinto à l’Usine AP60. Elle a appris avec surprise que ce dernier était à l’oeuvre, lundi matin, avec deux collègues fraîchement débarqués de vacances dans le Sud jeudi dernier. Selon cette informatrice, les collègues de son conjoint ont tenu des réunions dans un local fermé avec d’autres personnes, ce qui pourrait augmenter les risques de transmission de la COVID-19. « Ces deux petits messieurs, il faut qu’ils s’en aillent en quarantaine. Ce n’est pas tous les gens qui respectent les consignes et moi, ce soir, mon conjoint reviendra à la maison », a indiqué la dame.

Cette dernière estime qu’il faut que ce type d’informations sortent sur la place publique afin de sensibiliser la population sur les comportements à adopter.

Chez Rio Tinto, la porte-parole, Malika Cherry, a mentionné que des communications ont été transmises aux employés pour expliquer les procédures, mais que les changements sont rapides. « Nous avons une équipe de mesures d’urgence qui est en place. On s’adapte au jour le jour », a mentionné Mme Cherry.

Cette dernière affirme que Rio Tinto a pris un certain nombre de mesures pour protéger ses employés. Il est demandé à tous les employés de ne pas se rendre au travail s’ils présentent des symptômes grippaux ou s’ils pensent avoir été exposés au virus.

Dans les cas d’employés qui retournent au travail après un voyage professionnel ou personnel à l’extérieur du Canada, il est exigé de prévenir un supérieur et de travailler à domicile pendant 14 jours, conformément aux conseils des gouvernements du Québec et du Canada. Mme Cherry n’était pas en mesure de dire si les employés oeuvrant à l’Usine AP60 ont été retournés à la maison.