Les agriculteurs de la région ont reçu des compensations records de la Financière agricole.

Des compensations records de 11M$

Les agriculteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont reçu des compensations records totalisant 11 M$ de la part de la Financière agricole en 2018.

La majorité de cette somme est allée aux producteurs laitiers, qui ont reçu environ 7 M$ en indemnisations en raison principalement de la sécheresse estivale qui a perduré et qui affecté les récoltes de foin en juillet, brûlant le sol.

En entrevue, le président régional de l’Union des producteurs agricoles (UPA), Mario Théberge, se dit soulagé que le pire ait été évité lors de cette année exceptionnellement mauvaise.

« Ce qui a sauvé la saison de beaucoup d’agriculteurs, c’est qu’on a réussi à faire une troisième coupe cet automne, après les premières gelées. Avec la pluie, la végétation a redécollé », précise M. Théberge. Mais cette coupe qui a permis de remettre les agriculteurs sur la bonne voie risque d’hypothéquer l’année 2019.

« On va regarder ce qui se passe l’été prochain. La troisième récolte peut créer une rareté du foin. Les agriculteurs attendent que l’hiver passe et vont évaluer la situation. Ça se peut que certains soient obligés de semer de nouveau », indique le président de l’UPA.

Mario Théberge aimerait que le système de la Financière agricole soit plus souple, lorsque des situations qui sortent de l’ordinaire surviennent. Il cite l’exemple de la grêle en 2017 qui avait complètement détruit les récoltes de producteurs maraîchers du Lac-Saint-Jean.

« On ne peut plus se fier à une météo standard » lance-t-il, pour laisser entendre que de telles situations pourraient être de plus en plus fréquentes dans les années à venir.

Le président de l’UPA souhaite que les programmes de compensations deviennent souples et tiennent compte des caprices de la météo qui prennent toutes sortes de formes. « Nos programmes marchent, mais il faut les améliorer ».

Augmentation des primes

Mario Théberge s’attend cependant à ce que les agriculteurs fassent les frais de ces compensations records. Il souligne que ce sont les cotisations des agriculteurs qui financent environ le tiers des compensations de la Financière Agricole, et il prévoit donc que les primes des agriculteurs vont augmenter à court terme.

« Ce que la Financière nous offre, c’est comme une assurance. Quand on fait des réclamations à son assureur, les primes finissent toujours par augmenter », lance celui qui, malgré tout, conseille aux membres de l’UPA de souscrire à une assurance.