Des étudiants du Cégep de Saint-Félicien, dont Amélie Fortin, à l’extrême droite, prennent part au 27e Forum étudiant.

Des collégiens à l’Assemblée nationale

Plonger dans la peau d’acteurs de l’Assemblée nationale pendant cinq jours. Voilà l’exercice auquel se prêtent 18 étudiants de niveau collégial de la région depuis lundi. Les jeunes participent à la 27e législature du Forum étudiant, une simulation parlementaire.

Du 7 au 11 janvier, Amélie Fortin, étudiante en sciences humaines au Cégep de Saint-Félicien, agit à titre de leader parlementaire adjointe. Olivier Perron, étudiant en sciences humaines au Cégep de Chicoutimi, est ministre du Tourisme.

Les deux jeunes font partie des étudiants sélectionnés pour participer au Forum étudiant, un événement qui réunit près de 150 jeunes dans la salle de l’Assemblée nationale, où ils tiennent le rôle de député, de ministre, de président, de journaliste ou d’attaché de presse.

« J’avais envie de relever de nouveaux défis. Je suis passionné de politique depuis mon jeune âge et je connais l’existence du Forum étudiant depuis longtemps », affirme Olivier Perron, qui en est à sa deuxième participation.

Amélie Fortin ignorait quant à elle, jusqu’à tout récemment, l’existence du forum.

« C’est un professeur en philosophie et un professeur en sciences politiques qui m’en ont parlé. Ils pensaient que j’étais capable de me lever en chambre pour prendre la parole, raconte-t-elle. Je ne regrette pas. C’est vraiment intéressant à vivre. »

Horaire chargé

Le Forum étudiant permet notamment aux jeunes de participer à des caucus, de débattre de projets de loi, d’expérimenter des périodes de questions et d’assister à la sanction des projets de loi adoptés.

Les jeunes ont un horaire plus que chargé.

Des étudiants du Cégep de Jonquière participent au 27e Forum étudiant.

Chaque journée débute à 8 h 30 et prend fin à 22 h, et compte son lot de défis.

« Il faut connaître les procédures, se lever en chambre et prendre la parole, bien s’entendre avec les membres de son équipe », énumère Amélie Fortin.

Pour Olivier Perron, c’est aussi l’occasion de découvrir ce qui se passe lorsqu’on fait partie du parti au pouvoir.

« L’an denier, j’étais porte-parole du Tourisme dans l’opposition. Je peux dire que ce n’est vraiment pas la même chose lorsqu’on est au pouvoir. Peu importe les cours qu’on peut suivre en politique, il n’y a pas meilleur enseignement que de vivre une simulation parlementaire », relate-t-il.

Même si Olivier Perron ne prévoit pas faire le saut en politique dans le futur, il ne ferme pas complètement la porte.

« On verra, comme dirait un très récent premier ministre ! »

Quant à Amélie Fortin, l’expérience a fait naître chez elle un nouvel intérêt pour la politique. « Je souhaite enseigner en histoire, mais je pourrais m’impliquer dans un mouvement dans ma région. »


«  L’an denier, j’étais porte-parole du Tourisme dans l’opposition. Je peux dire que ce n’est vraiment pas la même chose lorsqu’on est au pouvoir. Peu importe les cours qu’on peut suivre en politique, il n’y a pas meilleur enseignement que de vivre une simulation parlementaire.  »
Olivier Perron
Des étudiants du Cégep de Chicoutimi, dont Olivier Perron (deuxième à partir de la droite), participent au Forum étudiant cette semaine.

Le Forum étudiant a été mis en place en 1992.

Il a permis depuis à plus de 3000 jeunes étudiants de s’initier au parlementarisme.