Jean-Claude Lebeuf, l’un des membres du groupe, rappelle que, dès le tout début, le ministère ne prévoyait pas démolir le belvédère, comme en témoigne cette photo.

Des citoyens contre la démolition du belvédère de Dolbeau

Malgré une dernière tentative du comité de sauvegarde du belvédère de Dolbeau, le maire de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier, demeure ferme : le bâtiment, situé près du pont de Dolbeau, sera démoli.

Cinq membres du comité de sauvegarde sont sortis publiquement dans les médias, mardi, à l’hôtel de ville de Dolbeau-Mistassini pour demander au conseil municipal de revenir sur sa décision de « dilapider un bien public au bénéfice d’intérêts privés ». Le maire de la municipalité était sur place pour les écouter.

« C’est évident qu’on connaissait déjà tous les éléments amenés par le comité. On a eu l’occasion de rencontrer ses membres à plusieurs reprises. C’est sûr que c’est très émotif. […]. La décision qui a été rendue, c’est celle-là. Les gens ont été avisés et le ministère aussi », assure M. Cloutier.

Souligner l’arrivée des Pères trappistes

Les membres de ce comité soutiennent que ce bâtiment est riche sur le plan patrimonial puisqu’il commémore le 100e anniversaire de l’arrivée des Pères trappistes. Il a été construit en 1992.

Le comité allègue aussi qu’un fonctionnaire du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports lui avait assuré que le bâtiment serait préservé, et ce, à deux reprises. 

« Officieusement, le ministère des Transports nous avait dit que notre édifice était sauvé avant que la Ville annonce sa démolition. On n’a pas de lettre écrite, mais c’est quand même du verbal qui avait été dit […]. Il y a une contradiction », déplore Gilles Brassard, l’un des membres du comité de sauvegarde.  

M. Brassard explique qu’il s’agit selon lui d’une « décision hâtive [du conseil municipal] et qu’il est encore temps de reculer ». 

Vente de terrain à Métro

Par ailleurs, il aurait été possible selon le comité de vendre comme prévu une partie du terrain au marché Métro, qui souhaite améliorer sa bretelle d’accès et son stationnement, tout en préservant le belvédère. 

Le maire de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier, avoue qu’il s’agissait effectivement d’un scénario possible, mais que cela aurait pu compromettre le projet de réaménagement du parc. 

Rappelons que le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports travaille actuellement à construire le nouveau pont de Dolbeau. Le bâtiment est situé tout près du chantier. 

Une décision réfléchie

Selon Pascal Cloutier, la décision de démolir l’observatoire est réfléchie et a été prise par l’ensemble des conseillers municipaux « qui avaient tous les éléments nécessaires pour prendre la bonne décision ». Il rappelle que le dernier conseil municipal était lui aussi en faveur de la démolition. 

Les coûts des travaux de démolition seront aux frais du ministère, selon le maire. Une partie du terrain doit être vendue au coût de 80 000 $ au propriétaire du marché Métro pour qu’il puisse améliorer sa bretelle d’accès et son stationnement. 

Selon le comité, cette somme est dérisoire. « Si jamais on vend le terrain, on doit tenir compte de la valeur actualisée qui est de plus de 600 000 $. On ne peut pas démolir une bâtisse afin de vendre un terrain à bas prix, c’est illogique », croit Jean-Claude Lebeuf, membre du comité de sauvegarde.