Quelques centaines de fidèles ont marché jusqu’à la Croix de Sainte-Anne, à Chicoutimi-Nord, vendredi soir.

Des centaines de fidèles réunis

La fête de sainte Anne, vendredi, a mis fin à neuf jours de prières et de célébrations. Pour l’occasion, plusieurs centaines de fidèles se sont rassemblées sur les terrains de l’église Sainte-Anne de Chicoutimi-Nord afin d’assister à la traditionnelle messe en plein air. Celle-ci était suivie d’une procession au flambeau jusqu’à la Croix de Sainte-Anne. La soirée, qui s’est déroulée dans une ambiance calme et apaisante, marquait les 124 ans de la Neuvaine à l’église de Chicoutimi-Nord.

La Neuvaine de sainte Anne est une occasion pour les catholiques pratiquants d’honorer la mère de Marie et grand-mère de Jésus. Le célébrant de la messe de vendredi, monseigneur René Guay, a offert de nombreux remerciements à l’assemblée pour sa participation à la fête de celle qu’il a affectueusement nommée « grand-maman Anne ». Il a défini la Neuvaine comme une tradition personnelle ou familiale, l’occasion de commencer une réflexion, d’exprimer sa reconnaissance envers un bienfait reçu ou de faire une demande.

L’évêque du diocèse de Chicoutimi a également pris un moment pour parler d’une « Église en changement » et «des défis qui sont imputés aux croyants dans la société actuelle ». L’amour, la dévotion et la foi étaient au coeur de son sermon.

Rémi Boucher, responsable du comité organisateur de la Neuvaine, est extrêmement fier de l’événement : « C’est extraordinaire. Des gens m’ont dit que ça faisait 50 ans qu’ils venaient à la Neuvaine et qu’ils n’avaient encore jamais goûté à quelque chose comme ça. Nous avons reçu 15 000 croyants pendant la Neuvaine. Ce matin, des gens étaient présents dès 5 h 30, et ils sont encore ici ce soir. Nous avons fait 11 célébrations pendant la journée. Pendant la Neuvaine, nous donnions trois célébrations par jour. »

Pour plusieurs pèlerins, la participation à cet événement religieux représente une tradition de longue date. « Nous sommes ici parce que nous avons la foi, tout simplement », explique Marlène, qui compte 30 ans de bénévolat pour la paroisse.

Nicole, une autre bénévole, est du même avis : « C’est tellement un beau rassemblement de joie et de fraternité. C’est un cadeau. » Elle ajoute que depuis qu’elle participe à la fête de sainte Anne, soit depuis son tout jeune âge, la température s’est toujours montrée clémente. « C’est comme si sainte Anne est avec nous », affirme-t-elle en souriant.