Des bleuets dans le 514

MONTRÉAL — Le Lac-Saint-Jean a délaissé l’indicatif régional du 418 au profit du 514, l’instant d’une soirée, dans le cadre d’une opération charme unique en son genre. Une cinquantaine d’ambassadeurs, d’élus et de représentants d’organismes jeannois ont occupé la Maison des régions de Montréal, mercredi soir.

La première édition de l’activité Ton Lac-Saint-Jean débarque à Montréal fut l’occasion de renouer avec des Jeannois d’origine et d’en recruter de nouveaux. D’entrée de jeu, le maître de cérémonie a souhaité la bienvenue au Lac-Saint-Jean, « le royaume du bleuet, de la tourtière et de la ouananiche ».

L’objectif de cet événement organisé par la MRC Lac-Saint-Jean-Est et Passionnément Alma-Lac-Saint-Jean-Est était de créer des liens personnalisés entre les participants et les dizaines d’ambassadeurs qui, pour l’occasion, avaient fait le voyage. « C’est un rêve qu’on a depuis 10 ans de faire un party à Montréal. C’est de rassembler des expatriés pour leur faire revivre l’instant d’un 5 à 7 leur Lac-Saint-Jean. C’est aussi pour attirer de nouveaux arrivants chez nous parce qu’on a un bilan migratoire quand même inquiétant », explique la directrice générale du Carrefour jeunesse-emploi Lac-Saint-Jean-Est, Mylène Girard.

Les ambassadeurs de l’activité Ton Lac-Saint-Jean débarque à Montréal ont rencontré des Jeannois d’origine ainsi que des personnes souhaitant s’établir au Lac-Saint-Jean. Sur la photo, à l’arrière, le conseiller en communication au Collège d’Alma, Frédéric Tremblay; le directeur général et le préfet de la MRC Lac-Saint-Jean-Est, Sabin Larouche et André Paradis; la directrice générale du Carrefour jeunesse-emploi Lac-Saint-Jean-Est, Mylène Girard; le cinéaste Jimmy Larouche et un membre du comité organisateur, Jérôme Tremblay; à l’avant, l’adjointe administrative à la CIDAL, Myriam Villeneuve; l’agente de communication au CJE Lac-Saint-Jean-Est, Nabila BedjBedj, et l’agente de développement à la MRC Lac-Saint-Jean-Est, Anny-Pier Perron.

Malgré ces nombreuses qualités, le Lac-Saint-Jean fait lui aussi face à de graves problèmes de main-d’œuvre. « On a un souci d’emploi. Oui, on a une super qualité de vie, mais on a un besoin de main-d’œuvre incroyable. Faut vraiment qu’on soit proactif pour aller chercher des gens, les intéresser et leur donner le goût de s’en venir chez nous », ajoute Mme Girard.

Force est d’admettre que la grande métropole a accueilli à bras ouverts le Lac-Saint-Jean. « Montréal est la porte d’entrée pour les touristes au Québec. On peut certainement faire un lien entre eux et vous pour faire la promotion de votre très belle région », a mentionné le membre du comité exécutif à la Ville de Montréal et responsable du développement économique et commercial et des relations gouvernementales, Robert Beaudry. L’homme politique a multiplié les clins d’œil à la région dont l’avenue du Pont à Alma, la Véloroute des Bleuets ainsi que le chocolat des Pères trappistes.

Des représentants de la CIDAL, de Tourisme Alma, de Rio Tinto et du Groupe Coderr figuraient parmi la longue liste d’invités. Le Collège d’Alma, Forgescom et la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean étaient également représentés lors de cette soirée visant à faire découvrir les charmes de la région.

Plusieurs élus du Lac-Saint-Jean prenaient part à l’opération séduction qui se déroulait la veille du début du congrès annuel de la Fédération québécoise des municipalités.

Grâce à la technologie, les participants de la soirée montréalaise ont eu l’occasion de rejoindre un rassemblement qui se déroulait simultanément au Décanteur, du côté d’Alma.

La Maison des régions de Montréal a été envahie par le Lac-Saint-Jean, mercredi soir, grâce à l’initiative de Passionnément Alma-Lac-Saint-Jean-Est.

+

« JE SUIS UN GARS DU LAC À 100%»

L’événement Ton Lac-Saint-Jean débarque à Montréal fut l’occasion pour plusieurs Jeannois, dont le cinéaste Jimmy Larouche, de retrouver leurs racines, l’instant d’une soirée. 

L’initiative de Passionnément Alma-Lac-Saint-Jean-Est fut le théâtre de belles rencontres, mercredi soir, entre d’actuels et anciens Jeannois.

Celui qui a quitté le Lac-Saint-Jean il y a plus de 20 ans n’a pas pour autant oublié ses origines. « Je suis zéro Montréalais. Je suis un gars du Lac à 100 % qui vit en exil et qui un jour retournera chez lui », a-t-il souligné au Quotidien, pendant la soirée. 

Après avoir réalisé ses rêves professionnels, Jimmy Larouche se tourne maintenant vers un autre désir. « Je me rends compte que mon plus grand rêve, c’est d’avoir un pied à terre au Lac pour me rapprocher de ma famille, ça me manque énormément », ajoute-t-il.

Le principal intéressé est catégorique, ses visites au Lac-Saint-Jean sont nécessaires. Alors que le travail l’oblige à rester à Montréal, l’événement de mercredi fut l’occasion, pour lui, de retrouver son Lac-Saint-Jean sans avoir à faire le long trajet qui le sépare habituellement.