Isabel Bergeron, chef de service du centre des naissances de l’hôpital de Chicoutimi, Martin Gagnon, directeur général de la Fondation de ma vie, et Véronique Girard, conceptrice des brillants à lèvres de la campagne Victoire, étaient présents, mercredi, pour l’inauguration officielle de la salle d’apprentissage parental.

Des bébés choyés

Depuis la fin avril, les familles des nouveau-nés peuvent développer leurs compétences parentales dans la nouvelle salle du centre des naissances de l’hôpital de Chicoutimi, spécialement aménagée à cet effet grâce aux quelque 13 000 $ amassés durant la campagne Victoire 2017.

Les médias étaient invités à l’inauguration officielle, mercredi après-midi, à l’étage de la périnatalité. Juste avant, un couple donnait le premier bain à leur petite fille, une infirmière à leurs côtés. C’est rose, c’est lumineux, c’est douillet. On peut voir une belle différence avec le reste de l’aile.

« Nous recevons déjà beaucoup de commentaires positifs, assure la chef du service Isabel Bergeron. C’est un espace où les parents peuvent développer leurs compétences parentales, avec l’aide d’une infirmière au besoin. Par exemple, donner un bain, ça peut paraître anodin, mais ça peut être stressant quand c’est notre premier enfant. »

La salle d’apprentissage parental se veut un lieu convivial pour les familles des nouveau-nés.

La salle se veut aussi un endroit pour permettre aux familles de se rencontrer, de partager leur expérience. Les mamans peuvent sortir de leur chambre pour aller dans un lieu accueillant, ou bien rester s’y reposer pendant que des proches s’occupent du nouveau-né dans la salle d’apprentissage parental. Des repas en petit groupe peuvent même y être pris. Les infirmières en formation et les étudiantes pourront aussi se servir de l’espace, qui restera consacré aux parents en priorité.

« On investit beaucoup pour les soins, mais on ne peut pas souvent se permettre du “crémage” comme ça. Pourtant, c’est le genre de choses qui rendent le passage à l’hôpital plus agréable, et c’est vraiment bien que la communauté s’implique », exprime la directrice adjointe du programme jeunesse, Christine Mimeault, du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux.

« C’est un projet qui s’exporte bien ailleurs », mentionne le directeur général de la Fondation de ma vie, Martin Gagnon.

L’aménagement de la salle a été complètement financé par le projet Victoire de la Fondation de ma vie, porté par des marraines bénévoles et la vente de brillants à lèvres conçus par Véronique Girard. Mère de triplettes, Carolyne Bouchard était l’incarnation inspirante de la deuxième édition. Ses filles étaient d’ailleurs présentes mercredi et ont confié être bien fières de leur maman.

Pour 2018, Victoire vise à financer de nouvelles approches dans le traitement des troubles alimentaires.