La filleule de Thérèse Casgrain, Thérèse Duchesne, et son arrière-petite-nièce, Mylène Diotte, signent le bulletin de candidature du député Sylvain Gaudreault. Les femmes ont respectivement 100 et 18 ans.

Des appuis à 18 et à 100 ans pour Gaudreault

L’actuel député de Jonquière et candidat péquiste aux prochaines élections, Sylvain Gaudreault, a trouvé une façon originale de faire le pont entre les générations et de rappeler qu’il n’y a pas si longtemps, le droit de vote était hors de la portée des femmes.

En guise de dernières signatures en appui à sa candidature, le politicien s’est enrichi de la griffe d’une centenaire et d’une citoyenne de 18 ans. Celle-ci votera le 1er octobre pour la toute première fois.

« Je voulais faire le pont entre les générations, mais je voulais aussi démontrer que la démocratie est importante et rappeler que pour les femmes, ça n’a pas toujours été facile », met en contexte le député.

Avec ses deux dernières signatures, Sylvain Gaudreault voulait faire le pont entre les générations. Thèrese Duchesne a pu voter pour la première fois dans les années 40 grâce au militantisme de sa marraine, Thérèse Casgrain. Mylène Diotte, 18 ans, exercera son premier droit de vote le 1er octobre.

Sylvain Gaudreault n’a pas recruté n’importe qui. En juin dernier, il a rendu visite à Thérèse Duchesne, qui célébrait ses 100 ans, dans une résidence pour personnes âgées. Comme il a pris l’habitude de le faire, le député lui a décerné un certificat pour souligner son statut de centenaire. Lorsqu’il a rendu visite à la dame, très en forme et allumée pour son âge vénérable, il a appris qu’elle était la filleule de Thérèse Casgrain.

C’est d’ailleurs en hommage à sa marraine que Thérèse Duchesne, née dans Charlevoix, puis venue s’établir au Saguenay, se prénomme ainsi.

« Mme Duchesne est la filleule de Thérèse Casgrain, pionnière du droit de vote des femmes au Québec. Aujourd’hui, elle a accepté de signer mon bulletin de candidature. C’était un moment très émouvant et significatif pour moi. Je ne pouvais pas avoir meilleur scénario que ça. Elle est née en 1918. Elle aurait probablement voté pour la première fois aux élections de 1940 », a noté le député.

Avec ses deux dernières signatures, Sylvain Gaudreault voulait faire le pont entre les générations. Thèrese Duchesne a pu voter pour la première fois dans les années 40 grâce au militantisme de sa marraine, Thérèse Casgrain. Mylène Diotte, 18 ans, exercera son premier droit de vote le 1er octobre.

Par un incroyable concours de circonstances, la plus jeune des deux signataires du bulletin de Sylvain Gaudreault, Mylène Diotte, est l’arrière-petite-nièce par alliance de Thérèse Duchesne.

« Imaginez la multiplication des hasards ! Je trouve qu’en ayant obtenu les signatures de Mme Duchesne et de Mylène, c’est un beau message à envoyer à la population, et aux femmes, que c’est important d’aller voter », a résumé Sylvain Gaudreault.

Thérèse Duchesne a eu 100 ans le 24 juin. Lundi, elle était tout sourire à l’idée d’apposer sa griffe au registre du député. Bien que faire ainsi ne l’engage en rien à voter pour le Parti québécois (PQ), elle a laissé entendre que son choix s’arrêterait sur Sylvain Gaudreault.

« J’ai connu la période où les femmes n’avaient pas le droit de voter. Elles ne faisaient pas grand-chose dans les années tranquilles [...]. Mme Casgrain était une amie. Mon père travaillait au Château Forget. Ma mère voulait vraiment qu’elle soit nommée pour être ma marraine. Elle (Thérèse Forget Casgrain) voulait beaucoup, beaucoup que je me fasse instruire pour travailler dans la politique. Elle a dit : ‘‘Commence à rentrer dans le CCF et après ça, j’aimerais ça que tu me suives’’. Mais je n’ai pas été loin. J’aimais mieux faire du ménage ! », a lancé Thérèse Duchesne avec humour.

Quant à Mylène Diotte, étudiante et travailleuse à temps partiel, elle trépigne d’impatience à l’idée de se retrouver dans l’isoloir pour la première fois

« À 17 ans, je ne pouvais pas voter. Ç’a été long attendre un an ! C’est important pour notre avenir. Je suis contente que les femmes aient le droit de vote. Je ne pensais jamais que ça allait m’arriver à moi (d’être sollicitée pour signer le bulletin de candidature de Sylvain Gaudreault). Ça m’a fait plaisir. J’étais contente. J’ai déjà un parti. Je vais y aller pour ça », a annoncé la jeune femme de Jonquière.