Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les propriétaires de Sima — Pro Jonquière Piscines et Spa Julie Bouchard, Nancy Villeneuve, Jacques Tremblay et Jean-Denis Larouche.
Les propriétaires de Sima — Pro Jonquière Piscines et Spa Julie Bouchard, Nancy Villeneuve, Jacques Tremblay et Jean-Denis Larouche.

Des âmes charitables après une pandémie profitable

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Les commerces de piscines et de spas ont eu un été faste avec la pandémie, alors que les gens ont investi dans leur cour arrière, plutôt que dans les voyages estivaux. Sima — Pro Jonquière Piscines et Spa ne fait pas exception et les propriétaires ont décidé de profiter de cet engouement pour encourager ceux qui ont vécu des derniers mois plus difficiles, alors qu’ils feront don de 5000 $ à des organismes locaux.

Les quatre copropriétaires, Julie Bouchard, Nancy Villeneuve, Jean-Denis Larouche et Jacques Tremblay ont choisi quatre organismes, le Centre de prévention du suicide 02, le Havre du Fjord, Aide-Parents Plus et la Maison d’Éloïse, à qui ils remettront chacun un montant de 1000 $, et l’autre 1000 $, c’est le public qui décidera qui le recevra.

« On voulait donner un total de 5000 $. On a donc choisi chacun un organisme qui nous tient à cœur pour lui remettre un chèque de 1000 $ et on a décidé d’y aller avec le coup de cœur du public pour le cinquième 1000 $. D’ailleurs, les gens sont invités à voter directement sur la publication Facebook, en écrivant le nom de l’organisme qu’ils souhaitent dans les commentaires. La compilation des votes se fera le 16 décembre et l’organisme qui aura été nommé le plus souvent recevra une belle surprise, une aide de 1000 $ », explique Jean-Denis Larouche.

L’idée a rapidement conquis les habitués du commerce et ils se sont empressés de voter pour leur organisme préféré. « En 48 heures, on a déjà eu plus de 700 votes, c’est formidable et on encourage les gens à continuer de venir voter. Mercredi matin, on va faire le décompte et aller à la rencontre des organismes qui ne savent pas qu’on va leur donner ce 1000 $-là. Ils vont l’apprendre sur les médias sociaux ou dans votre article probablement, sinon ce sera une surprise », ajoute en riant M. Larouche.

Selon M. Larouche et ses collègues, il est tout à fait normal que ceux qui ont les moyens d’aider aident ceux qui ont vécu plus de difficulté en raison de la pandémie. « Les entreprises doivent faire leur part alors que les temps sont difficiles pour plusieurs. Il y a des entreprises qui sont encore ouvertes, qui ont la chance d’opérer. Nous, on a cette chance-là et en plus, on œuvre dans un secteur d’industrie qui a eu la main un peu plus heureuse cette année. On veut donc redonner aux autres, un peu de ce que nous avons reçu », explique candidement M. Larouche. 

Il invite aussi les autres entreprises qui en sont capables, à faire de même afin d’aider son prochain. « On s’est dit que si on peut ouvrir la voie et donner des idées aux autres entreprises, on serait bien content. Le montant, c’est propre à chacun, mais si chaque personne peut faire un petit bout et aider un peu, on va être très heureux de ça », conclut Jean-Denis Larouche.