C'était dimanche qu'avait lieu le dernier vol du colonel William Radiff, en tant que commandant de la base militaire de Bagotville.

Dernier vol comme commandant de Bagotville pour William Radiff

La fin du Spectacle aérien international de Bagotville (SAIB), dimanche, a aussi marqué la fin du mandat du colonel William Radiff, qui quittera officiellement ses fonctions comme commandant de la base militaire de Bagotville le 3 juillet prochain. L’homme a volé pour une dernière fois à bord du F-18 à titre de « lead » dans la « Mass Attack ».

Le commandant était prêt. « J’ai préparé cette journée depuis longtemps et je n’ai aucun regret. Je suis heureux avec ce que j’ai fait », a-t-il admis, émotif, dans un entretien avec Le Quotidien sur le tarmac de l’aéroport de Bagotville, où prenaient place les activités du SAIB. Rappelons que M. Radiff a pris poste en juillet 2017, alors qu’il succédait au colonel Darcy Molstad. 

Son dernier vol n’aurait pu être plus spécial. « Ce n’est pas tout le monde qui a la chance d’être le lead dans la Mass Attack dans un spectacle pour son dernier vol. Pour moi, c’était quelque chose de très impressionnant et j’ai vraiment aimé le faire », a-t-il continué. 

William Radiff est très fier de ses deux années passées en sol saguenéen. Il a adoré son expérience et souligne que la beauté de la région vient de ses habitants, qui accueillent les militaires à bras ouvert. Il considère que les militaires sont très bien intégrés dans la région. Sa famille anglophone a aussi été très bien accueillie, partout où elle allait. 

Il ressort de cette expérience avec que du positif et c’est surtout à cause de son équipe, avec qui il a adoré travailler.

Pour lui, le plus important, c’est d’avoir traité les membres de son équipe comme des membres de sa famille. « Je suis militaire depuis 1988. Les membres en uniformes sont maintenant mes frères et mes sœurs, comme mes vraies sœurs. Travailler 31 ans avec des personnes, ça devient une vraie famille. » 

 Pour la suite, à court terme, le colonel retournera sur les bancs d’école, alors qu’il intégrera le National Security Program de Toronto, qu’il compare a une maîtrise en administration publique.

L’homme laissera son poste entre les mains de Normand Gagné. « Il était un de mes patrons à Winnipeg il y a six ans, mais il est aussi l’un de mes amis », a-t-il ajouté. Il considère facile de lui donner le flambeau, car il a extrêmement confiance en son successeur. 

143 409 visiteurs en une fin de semaine : un nouveau record 

L’homme était très fier de sa dernière performance et tout autant du SAIB avec son nouveau record d’achalandage. Il a insisté : « On a travaillé très fort et on a réussi à battre tous les records. C’est super bon ! C’est toujours un objectif pour nous de dépasser l'achalandage de l'édition précédente, car nous, les pilotes de chasse, nous sommes très compétitifs », a-t-il rigolé. Il a rappelé que la mission du spectacle est de montrer aux civils ce que les militaires font au quotidien dans leur travail, et il croit avoir l’accomplie haut la main. 

Le directeur général adjoint du Spectacle aérien international de Bagotville, Michel Aubin, est lui aussi très fier de cet événement. « Toute la fin de semaine a été merveilleuse, on ne peut pas demander mieux. La température, les visiteurs, on a battu des records de tous les temps, je suis satisfait au maximum », a-t-il avoué, dans son entretien avec Le Quotidien. Le dernier record d’achalandage avait été atteint en 2017, avec près de 132 000 visiteurs. Durant toute la fin de semaine de l’édition de 2019, il y en a eu près de 150 000. 

Il rappelait l’événement était possible grâce au travail des quelque 1 800 militaires qui travaillent bénévolement lors de la fin de semaine. « On est fier de nos militaires et de notre activité qui a été merveilleuse », a renchéri M. Aubin.