Déraillement de train chez Rio Tinto Alcan

Un wagon s'est mis à bouger sans raison, causant une collision et faisant dérailler une locomotive, la semaine dernière, à l'Usine Vaudreuil de Rio Tinto Alcan. L'incident n'a fait aucun blessé, mais la multinationale affirme prendre le tout très au sérieux, la sécurité ferroviaire étant à l'avant-plan depuis l'incident de Lac-Mégantic.
En fin de journée mardi de la semaine dernière, deux wagons sans locomotive reposaient sur les rails près d'un embranchement en «Y», lorsque, pour une raison inconnue, un des wagons s'est mis en mouvement et a percuté l'autre, qui s'est mis à rouler doucement. Au même moment, une locomotive circulait à cette jonction et le wagon est venu la heurter de plein fouet sur le côté, la faisant dérailler. 
«L'incident est survenu dans la cour de triage, entre les clôtures de nos installations, explique Claudine Gagnon, porte-parole de Rio Tinto Alcan. Il y a eu un bris de réservoir et du carburant s'est répandu sur le sol. Nous avons contacté le ministère et avons nettoyé les lieux rapidement.»
Questionnée à savoir si un frein aurait pu être oublié, comme le soir de l'incident fatidique de Lac-Mégantic, Mme Gagnon soutient qu'il est trop tôt pour se prononcer.
«C'est ce que nous analysons pour le moment. Nous cherchons à comprendre ce qui s'est produit pour éviter que la situation se reproduise. Nous prenons la situation très au sérieux», assure-t-elle.
Mme Gagnon raconte que la locomotive a été remise sur les rails rapidement grâce aux équipements de la compagnie.
«Il ne faut pas oublier qu'en période de dégel, il arrive que des roues de wagons sortent des rails. Nous avons tout l'équipement pour réagir rapidement. On arrête alors le convoi pour remédier à la situation», de conclure Claudine Gagnon.