Un homme salue le photographe du Quotidien alors qu’il déblaie son entrée.
Un homme salue le photographe du Quotidien alors qu’il déblaie son entrée.

Déplacements difficiles au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Le Saguenay–Lac-Saint-Jean a été paralysé par une bordée de neige d’environ 20 centimètres, dimanche. Si on ne déplore aucun accident grave, de nombreuses personnes ont dû revoir leurs plans.

Parmi elles, on retrouve les camionneurs qui voulaient emprunter la route 169. Cette voie de circulation a été interdite aux véhicules lourds entre le kilomètre 1 (secteur Lac-Pikauba) et le kilomètre 73 (Hébertville) pendant une bonne partie de la journée. Le ministère des Transports a indiqué sur son site Internet que les conditions météorologiques difficiles rendaient l’accès à la route du « petit parc » dangereux.

Malgré le fait que la visibilité ait été réduite à de nombreux endroits sur la 169 autour du Lac-Saint-Jean, dans l’ensemble, le réseau routier régional est resté praticable pendant la journée.

On ne notait qu’une seule sortie de route en matinée sur la route 175. L’accident, qui n’a pas fait de blessé, a cependant obligé les autorités à fermer une voie de circulation, le temps de sortir le véhicule du pétrin.

En fin d’après-midi, un accident spectaculaire est survenu au kilomètre 99, près de Québec, dans la Réserve faunique des Laurentides. Le conducteur d’un camion qui transportait des motoneiges a perdu le contrôle de son véhicule et en a entraîné trois autres avec lui. Une photo publiée par un passant montre la camionnette, renversée, sur le bord de la route. Cette collision a fait seulement un blessé mineur.

Selon le porte-parole de la Sûreté du Québec, Stéphane Tremblay, on ne comptait que très peu d’incidents à la grandeur du Québec. « On dirait que la plupart des gens ont décidé de rester chez eux », a-t-il soumis comme hypothèse pour expliquer ce bilan.

Le lieutenant du Service de police de Saguenay Dominic Lemieux est allé dans le même sens. « On a assisté à quelques sorties de route, mais on s’attendait à pire que ça », a-t-il indiqué au Quotidien en après-midi.

Tempête à un million de dollars

À Saguenay, si le plus gros du ramassage de la neige reste à faire, on sait déjà combien coûtera cette bordée de neige. La Ville devra puiser 1 M $ dans son budget annuel de déneigement pour payer tous les employés qui ont travaillé ce week-end et tous les entrepreneurs qui contribueront aux travaux prévus dans les prochains jours.

Le président de la Commission des travaux publics de Saguenay, Michel Tremblay, joint en fin de soirée dimanche, était heureux de la manière dont le travail avait été fait.

« On est chanceux qu’une tempête comme celle qu’on vient de vivre soit arrivée la fin de semaine. Ça coûte un peu plus cher à la Ville, mais ça ne met pas la sécurité des gens en jeu », a-t-il affirmé.

Selon M. Tremblay, le budget annuel de déneigement à Saguenay est de 16 M $ et la municipalité s’attend bon an mal an à affronter entre cinq et sept tempêtes du genre.

Diffusion radio interrompue

Les accumulations de neige et les vents qui ont parfois atteint 40 km/h ont eu des effets sur la diffusion de trois stations de radio basée à Chicoutimi. Les programmes de KYK 95,7, Rouge 96,9 et Énergie 94,5 ont été interrompus par le mauvais temps une bonne partie de la journée.

La Ville de Saguenay, de son côté, a procédé à la fermeture complète de ses patinoires extérieures, dimanche, en raison de la tempête hivernale.