Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, le litige aurait pour origine l’application des diverses versions des codes du bâtiment qui sont mis à jour régulièrement.

Dépassement des coûts et retard à Bagotville

La construction du nouveau hangar à la Base militaire de Bagotville rencontre certaines difficultés qui pourraient se traduire par des coûts et des retards supplémentaires. Le coût du bâtiment, dédié à la maintenance et à l’entreposage de l’équipement lourd pour l’entretien des pistes, est estimé à 46,9 millions $.

Les travaux, amorcés le 3 avril 2017 par le donneur d’ouvrage Construction de défense Canada (CDC) pour le compte du ministère de la Défense, sous la supervision de SNC-Lavalin, font l’objet de négociations entre l’entrepreneur général en construction Cegerco, son sous-traitant Alma Soudure et des experts consultants en structure afin de déterminer qui assumera la facture reliée à des problèmes techniques complexes.

Selon les informations obtenues par Le Quotidien et confirmées par le bureau des relations avec les médias du ministère de la Défense, des problèmes au niveau de l’assemblage des contreventements de l’immeuble de 132 000 pieds carrés ont été identifiés.

La Défense nationale et CDC veulent s’assurer que la structure rencontre les codes de structure et qu’elle est en mesure de répondre aux efforts sismiques, de vent et autres charges prévues aux codes en vigueur pour la durée de vie du bâtiment, indique-t-on au sein du ministère de la Défense.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, le litige aurait pour origine l’application des diverses versions des codes du bâtiment qui sont mis à jour régulièrement.

Les problèmes identifiés, qui nécessitent des modifications régulières à la structure, sont assez importants pour causer un ralentissement dans l’avancement des travaux. La séquence de certains travaux a été modifiée pour accomplir ces derniers en parallèle, selon le ministère de la Défense.

Il est encore trop tôt pour savoir quels impacts le retard aura sur le coût global et le calendrier du projet.

Chez Cegerco, le président Jeannot Harvey a refusé de commenter le dossier en justifiant que des pourparlers ont lieu présentement entre toutes les parties afin de déterminer les responsabilités de chacun et pour savoir qui paiera la facture finale découlant des dépassements de coûts et des délais.

Le coût total des investissements immobiliers de la 3e Escadre Bagotville est évalué à 94,6 M$, ce qui inclut le contrat de 46,9 M$ pour la construction et la déconstruction des anciens hangars, les services d’experts-conseils, les études environnementales, le nettoyage du site, les frais de gestion et les taxes. S’ajoute un nouveau bâtiment de service de 15 000 pieds carrés à être érigé.

L’échéancier original prévoyait la fin des travaux à l’été 2020.