L’avocat Éric Le Bel, qui représente l’ex-directrice générale de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay Chantale Cyr, se réjouit du départ de Liz S. Gagné.
L’avocat Éric Le Bel, qui représente l’ex-directrice générale de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay Chantale Cyr, se réjouit du départ de Liz S. Gagné.

Départ de Liz S. Gagné: «Bon débarras», dit l'avocat Éric Le Bel

Éric Le Bel, l’avocat de l’ex-directrice générale de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay (CSRS) Chantale Cyr, se réjouit du départ de la « harceleuse en chef », Liz S. Gagné.

Celui qui représente Mme Cyr avait une formule simple pour parler de la fin du mandat des commissaires, à la suite de l’adoption du projet de loi 40 qui abolit les commissions scolaires. « Bon débarras ! », s’est exclamé Me Le Bel.

« C’est une personne qui est malveillante, qui avait prémédité toute une série de gestes pendant des mois pour harceler ma cliente, et la pousser même jusqu’au suicide. »

Un jugement rendu par le Tribunal administratif du travail le 30 septembre dernier affirmait que Chantale Cyr avait été congédiée illégalement par le conseil des commissaires et blâmait sévèrement Liz S. Gagné, qui avait entrepris « d’avoir sa tête ».

Éric Le Bel estime que sa cliente pourra réintégrer son poste plus rapidement, maintenant que la structure qui gouverne les écoles a été modifiée par le gouvernement provincial. « C’est un vent de fraîcheur. Le fait que Liz S. Gagné n’est plus là fait qu’il n’y a plus rien qui empêche le retour de ma cliente. C’est ce qu’elle demande depuis le 30 septembre, d’être réintégrée », affirme Éric Le Bel.

En début de journée, lundi, la CSRS a fait paraître un communiqué pour rappeler que l’adoption du projet de loi 40 ne changeait rien aux activités courantes des écoles. À court terme, même si la Commission scolaire devient un centre de service scolaire, les élèves ne verront pas de différences.

« Une période de transition s’amorce et aucun changement au niveau de la gestion opérationnelle n’est prévu à court terme. [...] Nous travaillons déjà de concert pour la réussite éducative des élèves, jeunes et adultes, et nous poursuivrons nos actions pour l’accomplissement de notre mission, si importante pour notre société », a indiqué la porte-parole Claudie Fortin.

Vers une nouvelle ère

La ministre de l’Habitation et des Affaires municipales et députée de Chicoutimi, Andrée Laforest, croit que l’adoption du projet de loi 40 changera de façon positive la manière dont on entrevoit la gouvernance scolaire.

« Aujourd’hui, une nouvelle ère remplie de possibilités s’ouvre pour le réseau scolaire, ici et partout au Québec. Nos concitoyens pourront compter sur moi pour maintenir un lien constant entre notre communauté et mon collègue le ministre de l’Éducation afin de réussir la transition vers une gouvernance scolaire moderne et axée sur les besoins de nos élèves », a-t-elle affirmé, par voie de communiqué, rappelant que lors des dernières élections scolaires, le taux d’abstention avait été de 95 %.