Denyse Gagnon, de la Ferme du Clan Gagnon, a obtenu la reconnaissance argent lors de la Soirée reconnaissance régionale des mentors.

Denyse Gagnon voit son travail reconnu

Depuis près d’une décennie, Denyse Gagnon de la Ferme du Clan Gagnon de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix trouve le temps de s’impliquer auprès de divers organismes et diverses causes, dont la Cellule de mentorat Lac-Saint-Jean-Est. L’entrepreneure d’expérience avoue apprendre grandement de ces rencontres avec des pairs moins expérimentés.

L’implication de l’agricultrice a été soulignée alors qu’elle a obtenu la reconnaissance argent lors de la Soirée reconnaissance régionale des mentors qui réunissait les quatre cellules de mentorat du Saguenay-Lac-Saint-Jean et qui se déroulait, la semaine dernière, à Alma.

De manière générale, le service de mentorat jumelle un mentor bénévole et un entrepreneur oeuvrant dans deux milieux distincts. Ainsi, Mme Gagnon n’a jamais été en duo avec un autre entrepreneur agricole.

Denyse Gagnon résume son implication comme une simple action d’écoute. « C’est toujours le bien-être de la personne. Ils ont besoin de parler et de se confier à une personne autre qu’un membre de leur famille. On crée des liens assez forts avec ces personnes », affirme la dame qui avoue avoir été très surprise d’obtenir une telle reconnaissance.

Les rencontres entre les deux entrepreneurs ont lieu aux quelques semaines alors que les échanges par textos et par courriels sont plus communs.

Peu importe la relation d’accompagnement, c’est l’évolution des entrepreneurs qui demeure la plus grande satisfaction des mentors. « Notre paye, c’est de voir où est rendue la personne. Tu vois ta mentore traverser différentes étapes. C’est quelque chose de les voir aller de l’avant », mentionne celle qui est copropriétaire d’une ferme laitière.

À travers ses années de mentorat, Mme Gagnon a même traversé la fermeture de l’entreprise de l’une de ses mentorées. Sur le coup, l’agricultrice s’est questionnée sur son rôle d’accompagnement. Les discussions et le temps lui ont permis de réaliser que c’était la bonne chose à faire pour l’entrepreneure concernée.

Faute de besoins de la part des entrepreneurs du secteur, Denyse Gagnon est, en ce moment, en pause de son implication de mentor bénévole. Les relations d’accompagnement qui peuvent durer des années varient selon les demandes.