Denis Trottier n'a pas l'intention, pour l'instant, de refaire un saut en politique.

Denis Trottier pas intéressé à être préfet

L'ex-député péquiste Denis Trottier n'a pas l'intention de refaire un retour en politique pour l'instant en posant sa candidature à l'élection à préfecture de la MRC Maria-Chapdelaine.
Des rumeurs couraient qu'il pourrait être intéressé à la préfecture même si Jean-Pierre Boivin tentait de se faire réélire. «La porte n'est pas fermée, mais elle n'est pas ouverte en grandeur, a-t-il imagé. Je suis encore passionné de politique, mais ma priorité est de faire marcher mon média.»
Depuis quelques mois, Denis Trottier a mis en place un média d'information «Option région» vouée à la défense des régions et à leur autonomie. Sur le web, il anime une émission de radio où il interviewe des personnalités.
«C'est ce qui m'anime présentement. Je pense que je peux être plus utile à faire avancer l'idée de l'autonomie locale et régionale par l'entreprise de mon média plutôt qu'une implication politique. C'est un très beau défi», a-t-il mentionné.
Celui qui a été maire de Péribonka, préfet et député pense que son expérience le sert mieux pour le moment pour tenter de conscientiser les gens à l'importance de se prendre en main. «Je préfère plutôt travailler à ce que les prochains candidats aux élections municipales fassent de la décentralisation une priorité afin de forcer le gouvernement à donner des pouvoirs aux villes et villages. Le national prend trop de place. Il infantilise les régions qui sont rendues trop dépendantes», estime-t-il.
Denis Trottier donne comme exemple le ministère des Forêts dont les bureaux devraient être en région plutôt qu'à Québec.