La mairesse de Saguenay, Josée Néron.

Démolition de la maison Riverin: Josée Néron se fait rassurante

Josée Néron assure que la démolition de la Maison Riverin, qui a soulevé un vent de contestation la semaine dernière, n’est pas le début d’une purge au centre-ville de Chicoutimi et dans l’histoire du patrimoine régional. La mairesse de Saguenay a déjà entrepris des démarches « afin que des vestiges du passé ne croulent sous le pic des démolisseurs ».

C’est ce que Mme Néron a passé comme message en fin d’après-midi, lundi, par voie de communiqué. Elle siège sur la Commission municipale d’aménagement du territoire, du génie et de l’urbanisme, un groupe de travail a été formé et des demandes ont été acheminées pour identifier les bâtiments à caractère patrimonial à Saguenay. Josée Néron a spécifié que l’administration actuelle n’avait rien à voir dans la démolition de la Maison Riverin.

« On se doit, en tant que société, de conserver notre patrimoine qui témoigne de notre histoire, a-t-elle souligné. L’ancienne administration a autorisé la démolition de la maison Riverin, un bâtiment à caractère patrimonial. Le conseil municipal a bien l’intention de ne pas répéter ce genre d’erreur. »

Josée Néron et son équipe ont tenu à rappeler deux des engagements en campagne électorale. Elle souhaite favoriser l’utilisation de bâtiments patrimoniaux pour de nouveaux usages au lieu des nouvelles constructions, en plus de créer un plan directeur de « sauvegarde du patrimoine bâti religieux et laïc comprenant un inventaire, une évaluation et une priorisation des bâtiments à conserver et à protéger ».

Rappelons que la semaine dernière, la députée de Chicoutimi pour le Parti québécois, Mireille Jean, avait sommé la Ville de mettre en place une politique du patrimoine bâti, disant craindre que d’autres bâtiments soient sacrifiés pour laisser place à des espaces de stationnement.