Le ministre des Transports, Marc Garneau, était de passage dans la région, jeudi. Accompagné du député libéral Richard Hébert, il a rencontré les journalistes.

Déménagement des employés de l'ARC: pas de pertes d’emploi, assure Marc Garneau

Marc Garneau assure que le déménagement des employés de l’Agence du revenu du Canada (ARC), du 100 rue Lafontaine vers le Centre fiscal de Jonquière, n’engendrera aucune perte d’emplois.

Le ministre des Transports du Canada était de passage dans la région, jeudi, dans le but de visiter différents endroits et répondre aux questions à propos du dernier budget de son collègue Bill Morneau. Entre deux rencontres, il a accepté de répondre à nos questions, dont celle sur la situation de l’ARC.

« Il n’y aura pas de pertes d’emplois et il n’y aura pas de changement dans le travail des gens, a indiqué Marc Garneau. C’est une décision prise par Services publics et Approvisionnement Canada et elle est basée en partie sur l’état du bâtiment. Ce sont des choses qui arrivent parfois, mais heureusement, le déménagement n’est pas très loin et il n’y a pas de pertes d’emplois. »

Dans l’édition de mercredi du Quotidien, le conseiller syndical de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), Normand Pelletier, mentionnait que le déménagement des quelque 150 employés de l’Agence du revenu signifiait la fin des nouveaux emplois dans la fonction publique. M. Garneau a rétorqué en disant que le projet de déménagement est dans l’air depuis 2014, répétant que les employés fédéraux vont effectuer les mêmes tâches, peu importe l’endroit où ils travaillent.

Pas assez

En début de soirée, jeudi, Marc Garneau était à l’hôtel Delta de Jonquière pour un rassemblement de l’aile jonquiéroise du Parti libéral du Canada. Normand Pelletier était présent pour s’entretenir avec le ministre, ce qu’il a pu faire brièvement. Le syndicat n’a toujours pas obtenu les documents réclamés à la suite de demandes d’accès à l’information concernant l’édifice du 100 Lafontaine.

« On pense que le gouvernement fédéral devrait prendre des engagements pour maintenir les services fiscaux de l’Agence du revenu à Chicoutimi et conserver les emplois ici », a réagi M. Pelletier.

Ce dernier n’est pas trop impressionné par les commentaires de M. Garneau, qui assure que tous les employés basés dans les bureaux de Chicoutimi vont conserver leur emploi.

« Notre syndicat est passé de 20 000 à 27 000 membres, au cours des cinq dernières années, a fait remarquer le conseiller syndical. Je pense que cette croissance doit profiter aux régions. »

Normand Pelletier est d’avis que cette croissance passe par le maintien d’un bureau de Services Canada à Chicoutimi et à Jonquière.

« On pense qu’en gardant les deux bureaux ouverts, ça va permettre d’amener de nouveaux emplois. Pour ramener des emplois, ça prend des espaces nécessaires. C’est comme ça que ça fonctionne au gouvernement fédéral. »

+

DIFFÉRENTES OPTIONS POUR BAGOTVILLE

Marc Garneau a débuté sa tournée au Saguenay en rencontrant les dirigeants de Promotion Saguenay. Différents sujets ont été abordés, dont celui d’un service de douanes à l’aéroport Saguenay-Bagotville.

Le ministre des Transports a rappelé que les installations aéroportuaires étaient de la juridiction du ministère de la Sécurité publique. M. Garneau a néanmoins discuté de différentes pistes de solution avec les gens de Promotion Saguenay, organisme qui gère les activités de l’aéroport.

« Dans certains aéroports, lorsqu’un vol étranger est attendu, des agents de l’Agence des services douaniers se déplacent à l’aéroport pour offrir le service aux voyageurs, a expliqué Marc Garneau. C’est financé par l’aéroport parce que c’est un coût additionnel, mais c’est une option qui pourrait être discutée. »

Pour ce qui est d’un soutien financier de la part du fédéral pour le projet d’agrandissement à Bagotville, le ministre Garneau a proposé à Promotion Saguenay de contacter Développement économique Canada (DEC) ou Infrastructures Canada. Puisque l’aéroport civil de La Baie est fédéral, il n’est pas admissible au Programme d’aide aux immobilisations aéroportuaires (PAIA) pour la réfection du tarmac, par exemple. 

De plus, ce programme est uniquement basé sur l’amélioration de la sécurité des installations, ce qui n’est pas un problème à Bagotville.

+

NOUVEAU PONT SUR LE SAGUENAY: LE FÉDÉRAL VA ÉCOUTER

Le ministère des Transports du Canada va écouter ce que le gouvernement du Québec a à proposer advenant le cas où un projet de deuxième pont sur la rivière Saguenay progresse. Le ministre Marc Garneau a ajouté qu’il pouvait difficilement spéculer sur l’avenir, mais qu’un programme existait, si jamais l’étude menée par Québec au cours des prochains mois venait à confirmer qu’un nouveau lien est nécessaire entre les deux rives. « Le Fonds national des corridors commerciaux, un programme qui vise à rendre le transport de marchandises ou de personnes plus fluide, a expliqué M. Garneau. Je ne sais pas si le volume de transport est suffisant pour que la question puisse être traitée de façon prioritaire. On va étudier si le provincial nous propose quelque chose, mais ça ne garantit pas que les critères seront respectés. »