La demande d’arbitrage a été déposée pour la saison de récolte 2017. En 2018, les producteurs ont reçu une première avance de 0,35 $/livre pour le bleuet conventionnel et 0,60 $/livre pour le bleuet biologique.

Demande d’arbitrage sur les coûts de transformation

Le Syndicat des producteurs de bleuets du Québec (SPBQ) a soumis une demande d’arbitrage à la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec, afin de vérifier les coûts de transformation des entreprises Bleuets Sauvages du Québec et Bleuets Mistassini, pour la saison 2017, où les producteurs ont reçu 33 cents la livre.

Selon la convention de mise en marché des bleuets, les transformateurs doivent remettre, chaque année, un rapport de toutes les déductions encourues lors des différentes étapes de transformation et de vente du produit, pour justifier le prix final.

« On n’interprète pas les dépenses de la même façon », remarque Daniel Gobeil, président du SPBQ, qui souligne que la demande d’arbitrage fait partie des droits de son organisation.

Selon la convention, le coût de transformation est fixé à chaque fin d’année financière par les usines de transformation et toute majoration des coûts au-delà de l’inflation doit faire l’objet d’une entente avec le SPBQ. À défaut d’une entente, c’est à la Régie des marchés agricoles de trancher, en jouant le rôle d’arbitre, peut-on lire à la clause 5.04.

« On veut connaître les véritables coûts de transformation pour être sûr qu’on a notre juste part », dit-il, avant de rappeler que les producteurs n’ont eu que 0,33 $/livre en 2017, alors que les coûts de production atteignent 0,49 $/livre selon une étude réalisée par le Centre d’études sur les coûts de production en agriculture en 2014 et 2015.

Dans le Bulletin le Bleuet du mois d’août, diffusé par le SPBQ, Daniel Gobeil disait ceci : « On nous donne 0,33 $ la livre pour nos bleuets et on nous les revend à 1,75 $ la livre. Pensez-vous que la transformation et le 4 % de commission de vente peuvent coûter 1,42 $ la livre ? Lorsqu’on n’a rien à cacher et que l’on fournit les véritables chiffres en respectant les ententes signées, on accepte la vérification. Cela s’appelle de la transparence et du respect entre partenaires de l’industrie du bleuet. »

Selon Réjean Fortin, président de Bleuets Mistassini, il s’agit en effet d’une différence d’interprétation qui pousse le SPBQ à demander l’arbitrage, car différentes vérifications par des membres du syndicat avaient mené à des ententes par le passé.

Jean-Eudes Senneville, de Bleuets sauvages du Québec, est pour sa part persuadé que le prix offert aux producteurs est juste, car les vérifications précédentes ont toujours donné raison aux transformateurs.

« On ne veut pas se chicaner dans les médias. On veut s’asseoir avec nos partenaires et discuter pour mettre les bases d’une meilleure relation » a également tenu à mentionner Daniel Gobeil.

Cette demande d’arbitrage a été déposée pour la saison de récolte 2017. En 2018, les producteurs ont reçu une première avance de 0,35 $/livre pour le bleuet conventionnel et 0,60 $/livre pour le bleuet biologique. Un deuxième versement est prévu au début du mois de décembre.

« Présentement, les marchés mondiaux sont en hausse et les inventaires en baisse, note Daniel Gobeil. Ça devrait propulser les prix à la hausse, d’autant plus que les récoltes ont été faibles partout ailleurs au pays ».