Zakary et Frédéric étaient très heureux de prendre part aux Camps pour enfants diabétiques de l’est du Québec.

Défier ses limites aux Camps pour enfants diabétiques de l'est du Québec

Diabète Saguenay a permis à un nombre record de 14 jeunes diabétiques de type 1, âgés de 9 à 15 ans, de participer aux Camps pour enfants diabétiques de l’est du Québec (CEDEQ). L’organisme envoie habituellement de six à huit jeunes de la région à ces camps estivaux annuels.

« Les camps offrent des activités en plein air. Les jeunes sont en petit groupe et font des excursions en forêt, en canoë et des choses comme ça. Ils apprennent aussi à cuisiner, ce qui n’est pas négligeable compte tenu de leur situation », explique la coordonnatrice de Diabète Saguenay, Marie-Pier Ouellet.

Anick Desmeules, la mère de Frédéric, un jeune garçon qui participe aux camps depuis trois ans, aime ce que ceux-ci apportent à son fils. « C’est tellement une belle chance pour lui. J’avais peur qu’il soit blasé et s’ennuie au fil des années, mais au contraire, c’est un plaisir toujours renouvelé. On retrouve chaque fois notre garçon qui a tellement changé et vieilli. »

Frédéric a même permis à un de ses amis diabétiques, Zakary, de vivre l’expérience. « Zakary était réticent de quitter la maison pour deux semaines, mais son ami (Frédéric) lui a dit que ce camp était super et qu’il devait le faire. Zakary étant déjà un petit gars très responsable vis-à-vis son diabète, il est sorti gagnant de ce camp », témoigne Nadia Fortin.

Si Zakary était hésitant au départ, il a tenu un tout autre discours à la fin.

« Les premiers mots de Zakary quand nous sommes allés le chercher ont été : “Maman, je veux y retourner l’année prochaine. Je n’ai pas eu le temps de t’écrire. On a fait beaucoup d’activités”, raconte sa mère. Zak a une phrase qui le décrit bien : ne limite pas tes défis, défie tes limites. »

Cyndi Dufour, la maman de Joannie, est bien consciente de l’évolution de sa fille grâce à ce camp, qui dépasse le seul contrôle de la maladie.

« Le camp fait ressortir leur personnalité. Ils sont enfin eux-mêmes, avec des gens qui leur ressemblent. Ça fait ressortir leurs traits et leurs qualités. On sent un certain lien entre les participants, un lien fort. J’en ai vu pleurer parce qu’ils quittaient le camp. »

Équipe multidisciplinaire

Une équipe multidisciplinaire de soins de santé, composée de médecins, d’infirmières et de diététistes, supervise le contrôle du diabète par la médication, l’enseignement, l’alimentation et l’activité physique. Mme Fortin raconte que son fils a pu profiter du support de l’équipe.

« Un défi que Zak s’était donné était d’apprendre à compter les ratios, car il est présentement à l’échelle. L’équipe médicale sur place lui a permis de relever ce défi. Mais ce n’est pas tout. Ils lui ont aussi montré à jouer avec ses glucides s’il a moins ou plus d’appétit. Pour nous, c’est une grande réussite. »

« Cette équipe permet aux parents de sentir que leur enfant est en sécurité et entre de bonnes mains. C’est souvent ce qui ressort des commentaires des parents, ajoute Mme Ouellet. Ça et que leur enfant devient autonome. »

De son côté, Mme Desmeules est très heureuse du soutien que l’on apporte à son fils. « L’équipe est exceptionnelle. Elle lui permet d’être en sécurité, de réaliser des défis, comme des expéditions, malgré la maladie et nous donne une pause à nous, les parents. »

Mme Dufour est contente de voir que les enfants peuvent en profiter sans se soucier de leur condition. « Les enfants n’ont pas besoin de penser à leurs tests et à leur médication. C’est la monitrice qui traîne un sac avec tout ce qu’il faut. La seule chose que les enfants doivent penser, c’est de s’amuser. »

Cette petite pause permet aux parents de souffler, mais aussi de réaliser à quel point la condition de leur enfant est omniprésente dans leur vie. « Pour nous, les parents, on se dit toujours que le diabète n’est rien, mais pendant ses deux semaines, nous avons vu que ce n’est pas rien. Les parents doivent accompagner les enfants au quotidien. Ça faisait drôle, le matin, de ne pas dire : “Zak, as-tu fait ta gly ? Tu es à combien ? ” De ne pas avoir d’appel au courant de la journée pour me faire dire : “Maman, je suis en hypo” », de dire Nadia Fortin.

+

QU'EST-CE QUE LES CEDEQ ?

Les Camps pour jeunes diabétiques de l’est du Québec (CEDEQ) se sont tenus du 23 juin au 5 juillet, au camp Trois-Saumons, dans la région de Chaudière-Appalaches. Diabète Saguenay propose à plus de 50 jeunes par année de les envoyer aux CEDEQ. L’organisme paie la totalité des frais pour le camp, soit 815 $ par enfant.

Cela fait près de 10 ans que Diabète Saguenay offre ce soutien financier aux familles de la région. Ainsi, l’organisme a permis à une centaine de jeunes de séjourner dans un camp d’été adapté. La coordonnatrice de Diabète Saguenay, Marie-Pier Ouellet, soutien que « c’est grâce à la contribution des gens lors des collectes de fonds que ce soutien peut continuer d’année en année ».

Depuis la création des CEDEQ en 1975, plus de 2 000 jeunes diabétiques ont profité d’un ou de plusieurs séjours. L’expérience, tant au camp jeunesse qu’au camp familial, est qualifiée par certains de « traitement ». C’est une occasion où tous se rencontrent, partagent leur vécu et apprennent à mieux gérer leur condition.