Ces chefs s’affronteront pour une bonne cause le 22 février. De gauche à droite, Simon Côté (Le Draveur, Roberval), Maxime Vaugeois (Fit Gastronomie, Chicoutimi), David Janelle (La Cuisine, Chicoutimi), Roxanne Desrosiers (Inter, Chicoutimi), Jonathan Grenon (Auberge des Battures, La Baie), Marie-Ève Dallaire (Opia, La Baie), Vincent Otis (La Grange aux Hiboux, La Baie) et Dany Thibeault (Le Crapaud, Alma) rivaliseront dans le cadre du Défi des chefs Leucan.

Défi des chefs Leucan: les filles contre les gars

Le Défi des chefs Leucan sera de retour pour la 3e fois le 22 février prochain à l’Hôtel Le Montagnais de Chicoutimi. Encore une fois cette année, l’objectif sera de récolter au moins 100 000 $. Quatre duos de chefs de restaurants de la région s’y affronteront et le hasard a voulu qu’une équipe de filles se frotte à trois équipes de gars.

« On a amélioré l’événement. Ce sera un souper sept services, dont quatre services mettant à l’épreuve nos quatre duos. Les juges seront les convives qui auront à donner une note à chacun des duos », a expliqué en conférence de presse Jacques Tremblay, directeur multirégional chez Leucan. L’organisme s’engage depuis plus de 35 ans, dont vingt au Saguenay-Lac-Saint-Jean, à soutenir les enfants atteints de cancer et leur famille.

Le tirage au sort des huit chefs s’est déroulé au même moment. Ainsi, les deux chefs féminines sont réunies, soit Marie-Ève Dallaire (Opia, La Baie) et Roxanne Desrosiers (Inter, Chicoutimi). Les trois autres équipes seront composées de Dany Thibeault (Le Crapaud, Alma) et Maxime Vaugeois (Fit Gastronomie, Chicoutimi), de Jonathan Grenon (Auberge des Battures, La Baie) et David Janelle (La Cuisine, Chicoutimi), puis de Vincent Otis (La Grange aux Hiboux, La Baie) et Simon Côté (Le Draveur, Roberval). Ces quatre tandems ont également pigé au hasard un ingrédient imposé, mais ils ne seront pas dévoilés avant la soirée du 22 février.

« On a aussi une cohorte de premiers juges des médias. Les médias contribueront pour 25 % de la note finale », a poursuivi M. Tremblay. Ces membres des médias sont Marc St-Hilaire (Le Quotidien et Le Progrès), Marie-Christine Bernard (TVA), Jean-Seb (Énergie 94,5), Marie-Ève Jean (Rouge), Mathieu Beauregard (Rythme FM), Jean-François Thorn (KYK Radio X) et Annie-Claude Brisson (Planète radio). 

Finalement, un bonus de points sera accordé au chef qui aura réalisé la meilleure activité-bénéfice, imposée à tous, question de bonifier encore plus l’implication pour la cause. 

L’an dernier, l’événement a permis de récolter 108 000 $. « On souhaite atteindre 450 convives. On souhaite reprendre l’objectif de 100 000 $ l’an dernier », a poursuivi M. Tremblay. Ce dernier était d’ailleurs fier de dire que la récolte avait été si bonne, l’an dernier, que 2016 a été la première année où l’organisme « a été autonome financièrement à 100 %. »

Déjà environ 200 billets ont été vendus au coût de 175 $ ainsi que quelques tables VIP. Ces dernières comprennent huit ou dix places et reviennent à 2000 $ ou 2500 $. Jacques Tremblay assure que l’expérience en vaut le coût. 

En plus des plats préparés par les chefs, chaque service sera accompagné par un vin qui se marie bien. « Elle ne le sait pas encore, mais c’est Jessica Harnois qui fera les accords mets-vins. C’est elle qui l’avait fait l’an passé », a-t-il annoncé, ajoutant que la sommelière bien connue s’associe souvent aux événements de Leucan Saguenay-Lac-Saint-Jean. « Toutes les causes sont bonnes, mais il y en a qui viennent nous chercher un peu plus », a déclaré Charles Tremblay, directeur d’usine chez Elkem métal et présentateur officiel de l’événement. 

Les parents du jeune Tristan Boily, Caroline Tremblay et Mario Boily, continuent de s’impliquer au sein de Leucan.

Les parents de Tristan donnent à leur tour

Le Défi des chefs Leucan 2018 sera sous la présidence d’honneur du docteur Sylvain Allard, qui a été recruté par Caroline Tremblay, la mère du petit Tristan, décédé du cancer à l’âge de huit ans au début du mois de juillet dernier.

« Il y a toujours la bonne personne qui vient demander la bonne chose. Caroline m’a demandé de m’impliquer. (...) Une grande partie de notre bonheur, c’est la santé de nos enfants. C’est important qu’on donne un peu de notre temps », a expliqué le docteur qui œuvre au du GMF Saguenay, en compagnie de Mme Tremblay qui y est infirmière.

Cette dernière était présente à la conférence de presse en compagnie de son conjoint, Mario Boily. 

« Malheureusement, Tristan ne sera pas le dernier, même si on a augmenté le taux de survie. Leucan, c’est aussi beaucoup pour la recherche. Les sous qu’on donne, c’est important », a expliqué la mère de famille, lorsque rencontrée par Le Quotidien après la conférence de presse.

Le jeune Tristan s’était fait connaître, car il s’était beaucoup impliqué de son propre gré dans des campagnes au profit de Leucan. « Il nous a montré quelle voie prendre », a raconté son père. En 2015, il avait notamment été l’enfant porte-parole du Défi des têtes rasées.

« Leucan nous a aidés beaucoup. C’est le retour de l’ascenseur », a commenté aussi M. Boily, en disant qu’il venait aussi chercher de l’amour, du support et du courage au sein de l’organisme.