À quelques heures des élections fédérales, le Syndicat des employé-e-s de l’Impôt déplore le manque d’information et les promesses entourant la proposition de déclaration de revenus unique traitée au Québec.

Déclaration d'impôt unique: le Syndicat des employés de l’Impôt se prononce

À quelques heures du vote, le Syndicat des employé-e-s de l’Impôt déplore le manque d’information et les promesses entourant la proposition de déclaration de revenus unique traitée au Québec qui a occupé une grande place pendant l’actuelle campagne électorale fédérale. Le président national du SEI, Marc Brière, met en garde les électeurs face aux conséquences de l’instauration d’une seule déclaration de revenus ainsi que le temps nécessaire à une telle transition.

Rappelons que dans la circonscription de Jonquière, les candidats Mario Simard (BQ), Philippe Gagnon (PCC) et Lyne Bourdages (PVC) sont en faveur d’un rapport d’impôt unique alors que la députée sortante Karine Trudel (NPD) et Vincent Garneau (PLC) s’y opposent. De son côté, Sylvie Théodore (PPC) est en faveur d’un seul rapport d’impôt traité au fédéral.

Le président national du Syndicat des employés de l’impôt du Canada affilié à l’Alliance de la fonction publique est d’avis qu’il est illusoire de penser que cette mesure puisse être appliquée aussi rapidement qu’au printemps 2020. Selon Marc Brière, les politiciens qui se sont avancés en ce sens l’ont fait pour obtenir des votes ou simplement « parce qu’ils ne savent pas de quoi ils parlent ».

Marc Brière est convaincu qu’il serait impossible d’éviter des pertes d’emploi, dont les 1200 des centres fiscaux de Jonquière et de Chicoutimi, advenant la mise en plate d’une seule déclaration de revenus administrée par le gouvernement du Québec.

Celui qui représente les employés de l’Agence du Revenu du Canada se désole que seulement le premier ministre du Québec, François Legault, se soit avancé au niveau des pertes d’emplois.
« Ils ne disent pas qu’il y aura des pertes d’emploi, mais ils disent qu’ils vont convertir les employés vers autre chose. Si on doit convertir les gens, c’est qu’il y a des emplois de perdus », souligne M. Brière.

Celui-ci souligne que les pertes seraient plus grandes qu’anticipées. « Il n’y a pas que le traitement de données qui est concerné, il y a également les travaux de vérification et de recouvrement. La déclaration de revenus unique toucherait surtout les contractuels », ajoute M. Brière.

Le président national du Syndicat des employés de l’impôt du Canada croit que le transfert de ces employés se ferait en dehors des limites du Saguenay-Lac-Saint-Jean. La conversion des emplois du Saguenay-Lac-Saint-Jean vers la lutte à l’évasion fiscale est une solution improbable pour Marc Brière. Celui-ci explique que ces postes nécessitent un baccalauréat, plusieurs cours de fiscalité supplémentaires et diverses formations prodiguées par l’Agence du revenu du Canada (ARC).

Face à la proposition d’un rapport d’impôt unique traité par Revenu Québec, le président national du Syndicat des employés de l’impôt du Canada, Marc Brière, est d’avis comme plusieurs experts en fiscalité qu’une harmonisation entre les deux paliers de gouvernement serait favorable aux citoyens.

Marc Brière dispose de plusieurs autres arguments dont le fait que les déclarations des autres provinces sont traitées par le palier fédéral plutôt que provincial comme se serait le cas au Québec. En ce sens, il souligne l’absence d’outils et d’ententes chez Revenu Québec pour réaliser le même travail que Revenu Canada.