Robert Bourassa était député de Mercier lorsqu'il a discuté de l'avenir économique de la région avec le directeur du Conseil économique régional (CER), Paul-André Cantin.

Décédé à 83 ans: Paul-André Cantin a laissé sa marque

L'ex-conseiller municipal de Jonquière et haut fonctionnaire fédéral Paul-André Cantin est décédé le 7 juin à l'âge de 83 ans.
Paul-André Cantin pose fièrement avec son père Napoléon, qui a été maire de Jonquière entre 1962 et 1970.
L'homme de la rue Saint-Luc, à Jonquière, est mort des suites d'un cancer. Il était entouré de ses proches à la maison Michel-Sarazin de Québec.
Au cours des années 1960 à 1990, M. Cantin a été très impliqué au plan régional. Il a notamment été directeur du Conseil économique régional (CER), qui est plus tard devenu le Conseil régional de développement (CRD). « Mon père aurait pu faire carrière dans le monde des affaires, mais il était plus un intellectuel et un homme d'idées. Il défendait ses idées et voulait faire avancer la région », se remémore son fils cadet, le criminaliste Charles Cantin.
« Il a été très impliqué dans la région. Au plan économique, mais aussi en politique municipale et dans le monde du hockey », ajoute-t-il.
En plus de diriger le CER et le CRD, Paul-André Cantin, détenteur d'une maîtrise en commerce de l'Université Laval en 1955, a été économiste senior pour le gouvernement fédéral et a oeuvré au ministère de l'Expansion économique régionale, où il a terminé sa carrière professionnelle.
M. Cantin s'est investi dans la venue d'une équipe soviétique de calibre midget AAA en 1990 et avait organisé le match au Centre Georges-Vézina de Chicoutimi. Il a aussi agi comme bénévole au sein de la Ligue de hockey régional midget et junior.
Politique
Même s'il s'est tenu loin de la politique active durant sa carrière professionnelle, cela n'a pas empêché M. Cantin de se mêler plus tard aux débats politiques.
Il a notamment été conseiller municipal de Jonquière en 1976 lors de la création de la nouvelle ville de Jonquière, qui regroupait Jonquière, Kénogami et Arvida. Il a tiré sa révérence en 1979. Mais le goût de la politique active lui est revenu quelques années plus tard. 
Il a voulu suivre les pas de son père Napoléon, maire de Jonquière durant deux mandats entre 1962 et 1970, en tentant sa chance sur la plus importante chaise de la ville.
Il a mordu la poussière contre l'ancien député fédéral de Jonquière, Gilles Marceau, lors de l'élection municipale de 1986 et face à Marcel Martel, en 1991.
Aujourd'hui, son fils Charles tente sa chance aussi au poste de conseiller municipal (dans le même quartier que son père Paul-André) pour l'élection de 2017. Ce serait une troisième génération de Cantin au conseil municipal de Jonquière.
Outre son fils Charles, Paul-André Cantin laisse dans le deuil son fils aîné, Bruno, et sa fille Hélène.
Les funérailles de M. Cantin auront lieu le vendredi 16 juin à l'église Saint-Dominique de Jonquière.