Dany Boudreault (PPC), Jocelyn Fradette (PCC), Alexis Brunelle-Duceppe (BQ), Richard Hébert (PLC) et Jean-Simon Fortin (NPD) ont croisé le fer dans un débat à Dolbeau-Mistassini, mardi soir.

Débat à cinq dans Lac-Saint-Jean

Cinq des six candidats à l’élection fédérale dans la circonscription Lac-Saint-Jean ont participé à un débat organisé à Dolbeau-Mistassini, mardi soir, pour présenter leur plateforme électorale.

Le candidat du Parti conservateur, Jocelyn Fradette, a eu un face-à-face enflammé avec le libéral Richard Hébert, lorsque ce dernier lui a demandé où son parti coupera pour atteindre l’équilibre budgétaire. « M. Hébert, vous n’êtes pas vraiment sérieux de me demander où on va couper quand votre gouvernement a fait 72 milliards $ de dépenses en quatre ans et que Justin Trudeau s’enligne pour un autre mandat avec déficit de 100 milliards $ », a-t-il rétorqué.

Le député sortant Richard Hébert a soutenu que son gouvernement a investi plus de 50 millions $ pour le développement économique dans la région, soulignant également le travail réalisé pour implanter le réseau cellulaire dans la région, qui comptera 14 nouvelles tours d’ici mars 2020. Au cours d’un prochain mandat, l’ancien maire de Dolbeau-Mistassini s’est notamment engagé à travailler sur le projet d’acheminement du gaz naturel dans la MRC de Maria-Chapdelaine, de réduire les délais d’obtention de visa pour la main-d’œuvre étrangère, de favoriser l’accès au logement pour les personnes âgées et de compléter le financement de la Véloroute des Bleuets.

Alexis Brunelle-Duceppe, le candidat du Bloc québécois, qui habite la région depuis deux ans, a mentionné que son parti voulait défendre l’idée d’implanter une charte d’utilisation du bois sur le plan fédéral tout en mettant en place une grappe en économie verte dans la région. S’il est élu, il propose de créer un bureau de comté mobile, en plus des deux bureaux permanents, pour être en contact avec tous les électeurs de la circonscription. Dans plusieurs dossiers, notamment en immigration et pour la téléphonie cellulaire, son parti revendique que les budgets d’Ottawa soient transférés au Québec.

Jocelyn Fradette a pour sa part souligné que le Parti conservateur veut alléger le fardeau fiscal des travailleurs, une mesure qui permettrait de travailler davantage et plus longtemps pour lutter contre la pénurie de main-d’œuvre. L’homme, qui est conseiller municipal à Alma depuis 14 ans, a soutenu qu’il ne laisserait pas un projet comme QcRail effriter la cohésion régionale et que la promesse de son parti visant à mieux financer les hôpitaux permettrait à l’hôpital de Roberval de faire l’acquisition d’un appareil d’imagerie par résonance magnétique.

Le candidat du NPD, Jean-Simon Fortin, un étudiant de 21 ans à l’UQAC, a rappelé les principaux engagements de son parti, qui souhaite créer un bureau de la responsabilité climatique pour s’assurer que le gouvernement atteigne les cibles de réduction qu’il s’est fixées tout en arrêtant les subventions à l’industrie pétrolière. Son parti souhaite augmenter les transferts pour aider à la francisation des immigrants et plafonner le prix des forfaits cellulaires.

Dany Boudreault, le candidat du Parti populaire du Canada piloté par Maxime Bernier, a fait ressortir les propositions divergentes de son parti, qui veut notamment éliminer la taxe carbone. « Un peu de réchauffement climatique, je ne suis pas trop contre », a-t-il dit. Le camionneur forestier a aussi souligné que son parti veut mettre fin à la gestion de l’offre, abolir les subventions aux entreprises, le CRTC et les subventions à Radio-Canada.

Julie Gagnon-Bond, la candidate du Parti vert du Canada, n’a pas participé à ce débat.

AbonnezvousBarometre