Les mesures adoptées par le Comité tempête ont été présentées, lundi, à Saint-Bruno.

De nouvelles mesures pour le Comité tempête

Les municipalités touchées par ce qui est considéré comme le triangle blanc situé au sud-est du Lac-Saint-Jean, le ministère des Transports du Québec (MTQ), le ministère de la Sécurité publique et la Sûreté du Québec se dotent de nouvelles mesures afin de faire face aux fermetures de routes dans ce secteur lorsque les conditions hivernales l’obligent. Un nouveau point de blocage s’ajoute aux mesures déjà en place alors que le transport par convoi est abandonné.

La particularité géographique de la zone entourant notamment la municipalité de Saint-Bruno oblige une préparation et une planification du milieu alors que les vents forts et les précipitations sont, quelques fois par année, à l’origine de la fermeture de routes. Le comité Tempête, qui existe depuis une quinzaine d’années, permet une synergie des intervenants lorsque nécessaire. Il est composé de représentants du ministère des Transports du Québec, du ministère de la Sécurité publique de la Sûreté du Québec, ainsi que des municipalités de Saint-Bruno, Saint-Gédéon, Larouche, Hébertville, Hébertville-Station et Alma.

La décision d’opter pour une fermeture hermétique des routes a lieu, en moyenne, deux fois par hiver. La mesure concerne des portions des routes 169 et 170, du rang 6 et d’autres routes municipales, dont le rang Saint-Alphonse de Saint-Bruno. Le MTQ assure que chaque intervention du genre permet au comité Tempête de se réunir et d’améliorer son plan d’action.

La collaboration de tous les acteurs impliqués se fait sentir notamment lors de la mise en place des points de blocage. Les municipalités, le MTQ et la Sûreté du Québec sont tous responsables de quelques secteurs alors que rien n’est laissé au hasard.

Un nouveau point de blocage s’ajoute aux 15 existants lors de fermeture hermétique dans le secteur de Saint-Bruno. La Sûreté du Québec sera en place, sur la 170 entre Saint-Bruno et Larouche, à la hauteur du rang 9.

Par ailleurs, un nouveau point de blocage s’ajoute, cet hiver, à la quinzaine déjà existants. Ainsi, la Sûreté du Québec se chargera de l’emplacement situé sur la route 170, entre Saint-Bruno et Larouche, soit à la hauteur du rang 9 qui mène au lieu d’enfouissement technique de la Régie des matières résiduelles du Lac-Saint-Jean.

« Les véhicules seront redirigés vers Jonquière. Aucun véhicule ne sera toléré en attente sur les accotements par mesure de sécurité. De plus, pour assurer la sécurité de l’ensemble des usagers, aucun convoi ne sera organisé lors d’une fermeture hermétique, cette année », explique l’officier d’opération pour le Centre de service d’Alma de la Sûreté du Québec, la sergente Alexandra Houle.

Chaque fois que la décision de cesser la circulation est prise, un centre de coordination est orchestré à la mairie de Saint-Bruno. Cette mesure facilite la prise de décision et le partage d’informations entre tous les partenaires.

Fin des convois

La solution du transport par convoi, utilisée l’an dernier, est abandonnée pour plusieurs raisons. Cette décision évitera l’accumulation des véhicules au cœur de la municipalité de Saint-Bruno. L’an dernier la file de véhicules atteignait plus de deux kilomètres. Par ailleurs, cette mesure obligeait, malgré tout, les automobilistes à conduire et à traverser le secteur dans des conditions difficiles en plus de compliquer le travail des déneigeurs en poste.

Les partenaires impliqués s’entendent sur une chose. Dorénavant, les personnes qui devront emprunter les routes du secteur concerné alors que se prépare une fermeture des routes devront plutôt se tourner vers la route 172.

Les cas considérés comme urgents seront évalués à la pièce. Cela concerne notamment les véhicules d’urgence qui devraient traverser la zone bloquée.