Depuis la mi-juin, 58 chats ont été amenés à la SPCA Saguenay. Un nombre similaire à pareille date l'an dernier.

De moins en moins d'animaux abandonnés

Le message semble avoir été entendu. À force de sensibilisation, le nombre de chats et de chiens abandonnés au cours de la période des déménagements tend à se stabiliser, voire diminuer à Saguenay.
«Ce n'est vraiment pas hémorragique ici la période du déménagement», assure Sylvie Tremblay, directrice et enquêteuse à la SPCA Saguenay. Elle affirme que le nombre de chats reçus est sensiblement le même qu'en pareille période l'an dernier.
En 2013, 61 chats avaient atterri à la SPCA Saguenay entre la mi-juin et le 4 juillet. En 2014, on en dénombre 58.
«Le message commence à passer, mais c'est encore nettement insatisfaisant», soutient celle dont l'organisation dessert Kénogami, Jonquière et Shipshaw.
«Le nombre d'animaux abandonnés est un problème qui se pose tout au long de l'année. Au printemps, des portées indésirées font atterrir plusieurs petits chatons ici. Pour les chiens, le mois le plus achalandé est octobre. C'est peut-être lié à la fermeture des chalets», avance-t-elle.
Entre le 1er janvier et le 4 juillet, 100 chats de moins qu'à pareille date l'an dernier ont été amenés à la SPCA Saguenay.
«En 2013, 620 chats avaient été accueillis chez nous entre janvier et juillet. On en dénombre 514 depuis janvier dernier.»
Refuge des animaux
Pour le propriétaire du Refuge des animaux de Chicoutimi, Marc Villeneuve, la période de déménagement est de moins en moins associée à une augmentation du nombre de petits pensionnaires. «Depuis deux ou trois ans, c'est stable. On ne note pas une grosse augmentation par rapport au reste de l'année. Le message commence à passer. Les gens sont plus consciencieux et font stériliser leur animal», estime celui qui a accueilli plus de chiens que de chats cette année.
M. Villeneuve affirme même que le mois d'août est plus problématique depuis quelques années. «On ignore pourquoi le mois d'août est aussi occupé, mais la situation n'est pas si pire. Ce n'est pas toujours plein», assure le propriétaire du refuge qui peut accueillir 100 chiens et une trentaine de chats à la fois.
Amgravel@lequotidien.com