Mardi après-midi, des employés d'Hydro-Saguenay ont constaté que la roue d'eau de l'un des deux groupes turbines-alternateurs était en train de s'autodétruire.

De lourds dommages à la centrale Jim-Gray

La centrale Jim-Gray, d'Hydro-Saguenay, la filiale hydroélectrique de Produits forestiers Résolu, a subi de lourds dommages au cours de la dernière semaine. Une situation qui pourrait affecter la compétitivité des usines de papier d'Alma et de Kénogami pour la prochaine année.
Après l'imposition d'une surtaxe de 18% par les Américains, les directions des deux usines ont reçu une autre mauvaise nouvelle, mardi après-midi, après que des employés d'Hydro-Saguenay aient constaté que la roue d'eau de l'un des deux groupes turbines-alternateurs était en train de s'autodétruire.
Selon les hypothèses émises, une pièce de roc d'une dimension importante pourrait s'être introduite dans la conduite.
Le porte-parole de Résolu, Karl Blackburn, a confirmé qu'il y avait eu un bris à l'entrée d'eau de la centrale d'une capacité de production de 63 mégawatts. Ils en sont cependant encore à l'évaluation des dommages subis avec l'expertise de la compagnie d'assurances. «Nous en sommes à l'étape de déterminer si on pourra redémarrer le groupe turbine-alternateur. Pour le moment, il est trop tôt pour le déterminer», a indiqué M. Blackburn à qui nous avons appris la nouvelle.
Selon nos sources, la commande et la conception d'une nouvelle roue d'eau nécessitent un délai de neuf mois, ce qui obligerait la papetière à laisser couler l'eau librement du réservoir Lamothe. Les usines Kénogami et Alma seraient ainsi privées de 25 mégawatts de production hydro-électrique.
Rappelons que la centrale Jim-Gray a été construite en 1953.