En juillet dernier, ce secteur du Parc des Érables s’est retrouvé inondé en l’espace de quelques heures.

De l’espoir pour les Brunois

La municipalité de Saint-Bruno a octroyé un mandat visant à remplacer une conduite d’eau dans le secteur du parc des Érables. Des citoyens de la rue Lajoie, qui vivent dans le stress de subir les conséquences de nouvelles infiltrations d’eau, attendent impatiemment ces travaux.

On se rappellera qu’en juillet cette année de même qu’en 2016, plusieurs résidences avaient subi des dommages après de fortes pluies.

« Un mandat a été donné à la firme Les Consultants GEN+/GENIE+ pour la réalisation de plans et devis visant le remplacement d’une conduite dans le secteur de la rue Lajoie — parc des Érables », peut-on lire dans une communication de la municipalité.

Une information qui a été confirmée, mercredi, par le directeur général adjoint et urbaniste, Philippe Lusinchi. « Les travaux devraient être exécutés à l’automne. Les relevés de terrain ont été faits la semaine dernière. Cette semaine, les plans sont réalisés. Dès la semaine prochaine, on sera prêts à aller en appel d’offres. Ensuite, on va procéder », explique-t-il.

Un été stressant
Encore une fois cet été, la pluie a créé bien des maux de tête à plusieurs résidants de ce secteur. Au moins trois résidences ont subi des dommages lors d’un épisode de quelques heures de fortes pluies à la fin du mois de juillet.

Il s’agit d’un mauvais souvenir pour eux puisque le 27 juillet 2016, presque deux ans jour pour jour avant, près d’une dizaine de résidences de cette rue avaient subi des dommages causés par des infiltrations d’eau.

Trois résidences du même secteur de la rue Lajoie ont subi des dégâts au sous-sol causés par l’eau.

« On n’a pas de plan B, pas de plan d’urgence. On paye nos taxes, on doit être capables d’évacuer l’eau quand ça arrive. Il faut améliorer la situation et il faut se parler », explique l’un des citoyens touchés, Maxime Simard.

Depuis deux ans, les citoyens surveillent les prévisions de pluie et anticipent les averses. « On se prépare. On sait quoi faire. Le camping et les activités des vacances vont attendre parce que maintenant, on a un stress que ça revienne », expliquait, au lendemain des dommages de juillet, Andrée-Anne Gagnon, qui a vécu le premier dégât d’eau en pleine grossesse.

Le peu de collaboration avec la municipalité est dénoncé par certains résidants. Pour plusieurs, les questions sont plus nombreuses que les réponses obtenues. À l’époque, un membre de l’ancienne administration aurait mentionné qu’il ne pouvait rien faire pour eux, puisqu’ils avaient choisi la voie de la poursuite.

Contacté par Le Quotidien, l’actuel maire François Claveau s’abstient de tout commentaire vu les litiges en cours.

Deux ans de démarches
Depuis 2016, les citoyens impliqués malgré eux dans cette histoire n’ont pas ménagé les efforts. En quête de réponses, ils ont retenu les services d’un ingénieur indépendant afin d’obtenir une expertise. De son côté, la municipalité a également eu recours à des professionnels pour des expertises et contre-expertises. Des mises en cause ont été produites et des réclamations ont également été faites à la division des petites créances de la Cour du Québec par les Brunois. Les compagnies d’assurance des sinistrés ont entrepris un recours contre la municipalité qui s’est réglé à l’amiable, au printemps.

Entre-temps, les assureurs ont présenté une liste d’obligations aux sinistrés afin de conserver leur couverture d’assurances. Des résidences se retrouvent notamment avec un clapet antiretour.

Des propriétaires de la rue Lajoie attendent que la municipalité effectue le remplacement de la conduite avant de compléter les travaux dans leur sous-sol.

Des résidants ont pris la décision d’attendre que les travaux soient réalisés par la municipalité avant d’aller de l’avant avec la finition de leur sous-sol.