Hannah-Georgette, Frank-Olivier et Marie-Gabrielle s'accommodent bien de l'hiver mais le froid glacial leur fait rêver à la chaleur de leur pays d'origine la Côte d'Ivoire.

De 30 degrés à -40

Les enfants de Marie-Gabrielle Tacka s'ennuient de la chaleur de la Côte-d'Ivoire depuis deux jours.
«Oh là là! C'est vraiment froid, nous ne sommes pas sortis depuis deux jours! C'est vraiment trop froid. On s'habitue à l'hiver, mais pas quand c'est si froid», mentionne Franck-Olivier, 14 ans, qui préfère quand le thermomètre affiche -5 degrés Celcius.
«Je m'ennuie de la plage! J'irais bien profiter du soleil ou à la piscine extérieure», a lancé pour sa part Hannah-Georgette, 12 ans.
Les trois plus jeunes enfants de Marie-Gabrielle sont arrivés au pays il y a un peu plus d'un an. La mère était séparée de ses enfants depuis trois ans. Elle avait fui le pays en 2009 avec l'ainé, Dominique, à cause du climat politique.
Le premier hiver s'est plutôt bien passé pour le trio, mais cette année, l'hiver est particulièrement rigoureux. Normal d'avoir le goût de retourner en Afrique quand il fait -40 degrés Celsius ici et 30 degrés en Côte-d'Ivoire!
Les enfants doivent apprendre à composer avec l'hiver et surtout avec les journées plus difficiles. «L'autre jour, je n'ai pas fait attention et je me suis mal couvert le visage, je me suis gelé la joue», affirme Hannah. Bien au chaud dans la maison, les jeunes regardaient la télé et ne semblaient pas pressés de sortir.
La plus jeune, Érica-Gabrielle, 8 ans, s'accommode aussi du froid. Elle ne déteste pas la glissade et le patin. «Ce que je trouve bizarre, c'est quand on a froid, on veut se réchauffer et quand on a chaud, on veut se rafraîchir», philosophe-t-elle.
Érica proposait même à sa soeur et son frère de se rendre à Tobo-ski aujourd'hui parce qu'on annonçait de la neige.
Franck Olivier aime le ski et y va avec son grand frère Dominique. «J'adore ça, c'est vraiment l'fun. C'est un beau sport. Par contre, le hockey, c'est plus dur. J'ai comme une phobie des patins. J'ai peur de tomber et de me faire mal», lance-t-il. Il joue beaucoup au hockey cosom et en bottine sur la patinoire extérieure près de la maison.
Bel accueil
Marie-Gabrielle estime que c'est la générosité des Félicinois et la manière que ses enfants ont été reçus qui ont facilité leur intégration. «C'est normal qu'ils aient moins d'amis qu'avant, mais ils ont créé quelques amitiés et ils se sentent bien ici. De plus, ils sont respectés. Je suis vraiment reconnaissante et le rôle des médias a aidé à faire connaître mon histoire qui a généré beaucoup d'émotions», souligne-t-elle. Le soleil radieux réchauffait le salon. Les jeunes regardaient à l'extérieur en espérant qu'il fasse plus chaud, mais le givre au coin de la vitre témoignait que le mercure était encore bas. Le moment était parfait pour les inviter pour une photo à l'extérieur. Fière d'avoir un manteau de la même marque que celui du journaliste, Érica s'est précipitée vers la penderie pour s'habiller. Les deux filles ont décidé de s'amuser sur le banc de neige et de ne pas rentrer. L'ado, lui, était attiré par la télévision, comme bien des ados de la région.