Le CVD poursuivra sa mission de protéger la zone verte au coeur de Saguenay afin de permettre la pérennité de son utilisation par les citoyens.

David Heurtel sera interpellé

Le comité Citoyens pour un Vaudreuil durable (CVD) et sa présidente, Lana Pedneault, sont déçus de la réponse de Rio Tinto au rapport Delisle. Ils entendent poursuivre le combat en interpellant le ministre de l'Environnement, David Heurtel, afin qu'il utilise son pouvoir discrétionnaire en faveur de la tenue d'un nouveau processus d'évaluation environnemental par le BAPE.
Après avoir participé à une vidéoconférence avec la direction du Complexe Jonquière, le CVD ne croit pas que les mesures annoncées soient de nature à augmenter le niveau d'acceptabilité sociale du projet Vaudreuil au-delà de 2022.
Référant aux déclarations passées du ministre, Mme Pedneault mentionne que le ministre avait déjà évoqué la possibilité d'utiliser son pouvoir s'il constate l'absence d'équilibre dans l'acceptabilité sociale. Pour le moment, le CVD souhaite consolider ses appuis auprès de divers groupes et organismes en attendant que Rio Tinto dépose officiellement auprès du ministère de l'Environnement son avis de projet.
Qualifiant d'échec la démarche de consultation qui dure depuis 15 mois, le CVD affirme qu'aucune des recommandations concernant l'analyse du choix du site n'a été reconnue, ajoutant que la majorité des mémoires déposés abondaient dans le sens du comité. C'est pourquoi M. Delisle est d'avis que « pour assurer la paix sociale, rétablir la confiance et résoudre le conflit régional par rapport au projet (phase 2) portant surtout sur le choix du site, l'étude de localisation devrait être reprise avec la participation des parties concernées », affirme le CVD.
En ce qui a trait aux travaux de recherche portant sur la valorisation des résidus de bauxite, M. Nadeau a fait l'annonce de la continuité de l'implication de Rio Tinto avec des partenaires de recherche à hauteur de 400 000 $ par année. Selon Mme Pedneault, il s'agit d'un minimum qui démontre une absence de volonté de trouver des solutions aux problèmes d'amoncellement des résidus. Elle ajoute que l'exemple du dossier du traitement des brasques devrait être suivi par RT.
Le CVD poursuivra sa mission de protéger la zone verte au coeur de Saguenay afin de permettre la pérennité de son utilisation par les citoyens.