Cyr aurait partagé le mérite du projet

Selon un message qu’elle a rédigé, Chantale Cyr ne s’est pas attribuée à elle seule le succès du Millénaire. Elle a partagé la réussite avec toute son équipe et l’a écrit à des membres de la direction. Sauf que ceux-ci n’ont pas partagé le message.

L’ex-directrice générale de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay (CSRS) a perdu son emploi pour avoir, notamment, prétendu que la réalisation du projet du Millénaire à La Baie lui revenait uniquement à elle.

« Salut. On arrive à près de 50 000 personnes qui ont depuis mercredi vu la vidéo ‘‘Au Millénaire’’ à Paris, Londres, et New York..., plus de 170 commentaires que positifs. Tout le monde capote ! ! ! ! 20 000 uniquement aujourd’hui. C’est VIRALE (sic) », rédige Mme Cyr.

« Tes une king » (sic), répond Johanne Allard.

« C’est un travail d’équipe ! ! ! Ce succès n’est pas à moi, mais à NOUS » (sic), a ajouté l’ancienne directrice générale.

Johanne Allard, la nouvelle directrice générale de la CSRS, a pourtant prétendu, vendredi matin, lors de son témoignage devant le juge Guy Roy, du Tribunal administratif du travail du Québec (TATQ), que Chantale Cyr s’en attribuait tout le mérite.

Le procès porte sur du harcèlement psychologique fait à l’endroit de Chantale Cyr et de son congédiement survenu durant son congé de maladie.

En matinée, durant l’interrogatoire principal mené par Me Jean-Claude Girard (Firme Morency de Québec), Mme Allard a répété souvent que Chantale Cyr ne cessait de parler de son « bébé » en identifiant l’école du Millénaire et que c’était « uniquement grâce à elle » qu’il avait vu le jour.

« Jamais elle n’a parlé d’un travail d’équipe. Elle l’a fait un peu au début, mais vers la fin du projet, c’était uniquement son bébé. Elle l’a même mentionné au congrès de la Fédération des commissions scolaires du Québec. C’était son projet », a raconté Mme Allard.

Lors du contre-interrogatoire, Me Éric Lebel, qui représente les intérêts de Chantale Cyr, lui a demandé si c’était vrai que sa cliente ne faisait que s’approprier le succès et la réalisation du projet.

Mme Allard a répondu par l’affirmative.

Me Lebel lui a alors exhibé le message texte que Chantale Cyr avait envoyé à Mme Allard et à Martin Deschênes.

En réponse aux questions de Me Lebel, la nouvelle directrice générale a mentionné qu’elle ne se souvenait pas de ce message texte, mais estimait que le message s’adressait à deux personnes et non pas à toute l’équipe.

Il a été demandé si Mme Allard avait partagé le message de Mme Cyr aux membres de l’équipe pour qu’ils en prennent connaissance et elle n’en avait rien fait.

« Je ne fais pas ça souvent de partager des textos. Moi je ne l’ai pas fait », a indiqué Johanne Allard.

Cette dernière a aussi mentionné que Chantale Cyr avait remercié des gens lors du déjeuner de la rentrée scolaire. Mme Allard a précisé qu’elle avait remercié l’équipe de l’atelier, ce qui avait créé un malaise pour les autres groupes.

Johanne Allard a aussi été questionnée sur ses relations avec Chantale Cyr. Me Lebel a présenté des photos où elle pose en compagnie de sa patronne de l’époque et où tout le monde est souriant. L’avocat a aussi parlé de messages positifs échangés entre les deux femmes. Il a aussi été question d’un cadeau remis pour l’anniversaire de Mme Cyr et d’une fête surprise au restaurant, où tous les cadres étaient présents. C’était quelques jours avant le départ de Chantale Cyr pour un congé de maladie.

Pourtant, Mme Allard a fait partie du groupe des cadres qui ont fait parvenir une lettre d’insatisfaction en lien avec le travail de Chantale Cyr et de ses relations avec le personnel.