En août dernier, l'ex-mairesse de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, Lily Simard, et le ministre fédéral, Denis Lebel, avaient annoncé des investissements pour la concrétisation du projet de réaménagement du centre récréotouristique Le Rigolet.

Cure minceur pour le projet du Rigolet

Le projet de réfection du centre récréotouristique Le Rigolet a été revu. Les coûts des travaux initialement prévus dépassaient largement le budget disponible, ce qui a forcé le nouveau conseil municipal à réviser les plans.
Tout un écart sépare les coûts estimés du projet de réfection du centre situé à deux pas de la plage municipale de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix et les coûts réels du projet. «Quand nous avons obtenu les chiffres définitifs, ça défonçait le budget prévu par l'ancien conseil municipal de façon énorme. Il fallait revoir le projet», explique le maire Lawrence Potvin. «Les membres du conseil municipal n'étaient pas heureux, mais devant la situation, on n'a pas eu le choix de reculer.»
Le projet de modernisation a été annoncé à la fin de l'été dernier. Le ministre Denis Lebel avait alors confirmé une contribution financière non remboursable d'Ottawa d'un demi-million de dollars provenant du Fonds d'amélioration de l'infrastructure communautaire.
La municipalité a adopté un règlement d'emprunt de 607 000$, ce qui porte le budget total du projet à 1 107 000$.
«Nous avons obtenu les chiffres officiels au début du mois de décembre et le montant du projet dépassait un million et demi de dollars. Nous avons réduit le projet pour enter dans le règlement d'emprunt.»
Le maire explique difficilement l'écart entre les estimations soumises par les professionnels et les coûts réels du projet. «L'ancien conseil avait demandé un projet qui respectait le budget. Ce que je perçois, c'est que quand l'évaluation initiale des coûts a été faite, il ne connaissait peut-être pas l'ensemble des frais liés au projet. L'ancien conseil municipal s'est basé sur les chiffres des professionnels. Mais les plans n'étaient pas définitifs. Aucune étude de sol n'avait encore été faite. Les dernières corrections n'avaient pas été apportées.»
Afin de bénéficier des sommes du fédéral, les travaux doivent être exécutés avant le 31 mars 2014. Lawrence Potvin assure que tout sera terminé à temps.
Des addendas ont été ajoutés aux plans initiaux au début du mois de décembre. La période d'appels d'offres qui devait initialement prendre fin le 20 décembre a été prolongée jusqu'au 16 janvier. «Une fois les appels d'offres terminés, les contrats seront rapidement octroyés au plus bas soumissionnaire conforme. Une séance se tiendra au plus tard le 20 janvier. Les travaux pourront débuter dans les jours suivants.»
Le projet initial prévoyait la rénovation et l'agrandissement du pavillon, ainsi que l'ajout d'une nouvelle salle de 140 places dans un bâtiment adjacent. La cuisine et les toilettes devaient se trouver entre les deux structures.
Le nouveau projet comprend la rénovation et l'agrandissement du bâtiment existant. L'ajout d'une nouvelle salle a été complètement écarté. La capacité d'accueil du pavillon passera tout de même de 105 à 140 personnes, grâce à l'aménagement de la cuisine et des salles de bains dans la nouvelle section du bâtiment.
Lawrence Potvin assure que le projet répondra aux besoins des citoyens.
«Selon les informations dont je dispose, aucune étude n'a été faite sur la nécessité d'une deuxième salle. Par contre, en 2009, lorsque j'étais maire, on savait déjà que le pavillon actuel nécessitait une modernisation et un agrandissement. Le pavillon a été construit dans les années 80. Il méritait une mise à jour.»