Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

CSS des Rives-du-Saguenay: résultats des tests de qualité d’air et d’eau dévoilés

Denis Villeneuve
Denis Villeneuve
Initiative de journalisme local - Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Le Centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay a dévoilé les résultats des tests de qualité de l’air et d’eau dans ses établissements. Au total, 128 points d’eau dépassent la nouvelle norme de Santé Canada pour les concentrations de plomb, tandis qu’une seule classe sur 171 analysées pose problème en termes de qualité de l’air.

À la demande du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, le CSS, tout comme ceux du reste de la province, a dû réaliser des tests dans tous les établissements d’enseignement sur son territoire, incluant les bureaux administratifs, afin de déterminer les concentrations de plomb dans l’eau, explique Claudie Fortin, porte-parole du CSS. La norme établie est fixée à 5 microgrammes par litre.

Au total, les techniciens spécialisés ont réalisé des analyses à partir de 2263 points d’eau dans les écoles primaires et secondaires et centres de formation professionnelle. Selon Mme Fortin, les sites surpassant la norme sont assez bien répartis sur le territoire, donc ne sont pas associés à une poche d’établissements en particulier. Un total de 11 établissements différents sont touchés.

Selon elle, le problème de concentration du plomb n’est pas associé à la présence des entrées d’eau souterraines, mais plutôt au réseau de distribution intramural. « Le problème est relié à la présence de tuyauterie en cuivre soudée à l’étain installée dans les années 90 », explique Mme Fortin.

Elle ajoute que des travaux correctifs destinés à éliminer la présence de plomb sont déjà débutés avec le remplacement de tuyauterie et de robinets. Toutefois, des affiches ont été installées aux points d’eau défaillants pour avertir de laisser couler l’eau pendant quelque temps avant de la consommer tandis que d’autres points sont réservés exclusivement au lavage des mains.

Mme Fortin a mentionné que tous les parents ont été informés de l’état de la situation à la demande du ministère.

Qualité de l’air

Outre l’eau, les niveaux de CO2 présents dans 171 locaux ont été déterminés par le biais de mesures avant l’entrée des élèves en classe, au milieu des cours et 20 minutes après l’ouverture des fenêtres. Dans l’ensemble des établissements, 54 % (92) des locaux se situent sous le seuil de 1000 ppm, 42 % (72) se situent entre 1000 et 1500 ppm, tandis que 3,5 % (6) ont entre 1500 et 2000 ppm de dioxyde de carbone. Un seul local, situé à l’école Saint-Félix, à Saint-Félix-d’Otis, dépasse le taux de 2000 ppm. Selon Mme Fortin, il s’agit d’un local de classe enclavé ne disposant pas de fenêtres. Une commande a été passée au ministère afin de munir ce local d’un échangeur d’air le plus rapidement possible.

Le ministère juge acceptables des taux de moins de 1500 ppm, ce qui fait dire au CSSRS que 96 % des locaux répondent aux normes.

Selon les prévisions établies, les coûts des travaux correctifs sont estimés entre 100 000 $ et 125 000 $, sommes qui seront puisées à même le budget d’entretien des immeubles du Centre de services scolaire des Rives-du-Saguenay.