À la suite d’un arrêt ministériel imposé par l’ex-ministre de l’Éducation Sébastien Proulx, en août dernier, la CSRS se devait de revoir sa politique d’ici juin 2019.

CSRS: la politique contre le harcèlement au travail se dessine

Environ 1800 employés de la Commission scolaire des Rives-du-Saguenay (CSRS) ont été conviés au Théâtre du Palais municipal de La Baie, lundi matin, pour prendre connaissance des grandes lignes de ce qui deviendra la nouvelle politique contre le harcèlement au travail qui doit être mise en place d’ici l’été prochain.

À la suite d’un arrêt ministériel imposé par l’ex-ministre de l’Éducation Sébastien Proulx, en août dernier, la CSRS se devait, entre autres, de revoir sa politique d’ici juin 2019. La réunion de lundi, qui se tenait en plein jour pédagogique, à la veille de la rentrée des élèves, est donc le premier pas dans cette direction.

Pour lancer le processus de révision de la Politique pour promouvoir la civilité et pour prévenir et contrer la discrimination, le harcèlement et la violence au travail, les 2500 employés de la CSRS étaient invités à assister à une conférence de Gilles Demers, une sommité en matière de civilité et de prévention du harcèlement au travail. Près de 1800 employés se sont présentés, lundi, selon les estimations de la commission scolaire.

« On voulait mettre la table pour que tout le monde ait les mêmes informations au sujet de la civilité en milieu de travail. L’important quand on parle de harcèlement au travail, c’est toute la prévention et la chaîne de procédures pour traiter les plaintes pour éviter que des situations se transforment en harcèlement ou en violence », explique la conseillère en communications Claudie Fortin.

Des cas publicisés

Quelques cas de harcèlement et de violence ont teinté les relations de travail à la CSRS, au cours des dernières années. Rappelons que la saga entourant le congédiement de l’ex-directrice générale Chantale Cyr découlait notamment d’une plainte logée par cette dernière à l’encontre de la présidente de la CSRS, Liz S. Gagné, à la fin de 2017.

En mars dernier, l’ex-directeur des finances de la CSRS, Carl Duchesne, a aussi été accusé de voies de fait sur un employé syndiqué pour des événements survenus durant un party de Noël en décembre 2017. Les deux hommes en étaient venus aux poings, et le travailleur syndiqué avait subi de graves blessures au visage.

« On ne peut pas faire de liens avec des cas précis, nuance toutefois Claudie Fortin. Avec 2500 employés, c’est sûr qu’il en arrive des choses. »

Les fins détails de la nouvelle politique reposent maintenant entre les mains d’un comité chargé de la mettre en place avant le mois de juin 2019. Le conseil des commissaires devra également voter son adoption au cours des prochains mois.