CS Pays-des-Bleuets: déficit de 351 403$

La Commission scolaire du Pays-des-Bleuets accuse un déficit de 351 403$ pour l'année financière 2014-2015. Un manque à gagner qui a été épongé par le surplus accumulé disponible qui atteint désormais 1,2M$.
Le conseil des commissaires a adopté les états financiers de l'année scolaire hier soir lors d'une séance publique. Les revenus ont atteint 101 053 670$ tandis que les dépenses se chiffraient à 101 405 073$.
Ce sont les secteurs des jeunes et de la formation professionnelle qui ont été déficitaires respectivement de 459 243$ et de 95 106$. Pour sa part, la formation aux adultes a généré un surplus de 202 946$.
Les salaires et avantages sociaux versés au personnel représentent l'essentiel des dépenses avec une proportion de 71,2% du budget. Les dépenses en services, honoraires et contrat atteignent 14,1% tandis que la gestion administrative s'élève à 4,23%.
Les subventions du ministère de l'Éducation de l'Enseignement supérieur et de la Recherche (MEESR) représentent 81,49% des revenus. Les recettes fiscales de la taxe scolaire atteignent 11,13% du budget suivi des revenus spécifiques, droits de scolarité et tenants lieu de taxe dans une proportion de 7,38%.
En 2014-2015, la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets a réalisé des investissements pour un montant de 8,3 M$. Les principaux travaux sont: la réfection de l'enveloppe de la Cité étudiante, la sécurisation des bâtiments, l'ajout d'espace au centre de formation professionnelle de Roberval-Saint-Félicien, la toiture du Carrefour étudiant et du Centre de services de Saint-Félicien, ainsi que la réfection de salles de toilettes de plusieurs écoles.
Surplus à la Commission scolaire De La Jonquière
Il a été annoncé lors de la séance des commissaires De La Jonquière que la commission scolaire a dégagé un surplus de 139 900$ pour l'année 2014-2015. Le président du Conseil, Éric Bergeron, estime que ce surplus a pu être réalisé grâce «au redressement au centre des services aux entreprises, au non-remplacement des permanences - à cause des coupes de huit millions par le gouvernement Couillard, par la réduction des frais de déplacement - en privilégiant le covoiturage ou les [télécommunications] et les élections scolaires qui ont coûté moins cher que prévu». Ce montant de 139 900$ correspond à 0.1% du budget en équilibre, précise-t-il.
(Antoine Lacroix)