Crue printanière tardive: Rio Tinto aux aguets

La crue printanière se fait attendre, mais Rio Tinto assure que ses équipes sont aux aguets depuis un moment déjà et se préparent à réagir afin de minimiser son impact.

Malika Cherry, conseillère relations avec les médias chez Rio Tinto, confirme que la pointe de la crue arrive plus tard que la moyenne, cette année.

Selon la porte-parole, la crue débute habituellement à la mi-avril. Ce printemps, elle a été amorcée une dizaine de jours plus tard, soit le 27 avril.

« Le pic va être décalé dans le temps, mais on ne peut pas prévoir quand il surviendra. Tout peut changer rapidement. Pour le moment, c’est difficile de prévoir quel type de crue on aura. Il est encore trop tôt en raison du temps froid et des faibles précipitations », explique-t-elle.

La porte-parole assure que les équipes sont en place depuis quelques mois déjà afin de surveiller la situation.

Dans la dernière édition de sa publication À prop’EAU, parue le 8 mai, Rio Tinto fait état d’une pointe de crue attendue dans la deuxième moitié du mois de mai. On y mentionne également que le niveau du lac Saint-Jean se situait à 8,93 pieds en date du 8 mai et qu’il devrait atteindre les 10 pieds au courant de la semaine du 11 mai.

« Il s’agit d’un niveau normal à ce temps-ci de l’année, sachant que nous contrôlons seulement 25 % des apports et que tout dépend de Dame Nature », est-il inscrit.