Le vice-président Québec pour la Croix-Rouge, Pascal Mathieu, a dressé le bilan des opérations de l’organisme au Saguenay-Lac-Saint-Jean au cours de la dernière année.

Croix-Rouge: 56 sinistres, dont une tornade

Les bénévoles de la Croix-Rouge canadienne ont prêté secours à des sinistrés du Saguenay-Lac-Saint-Jean à plusieurs reprises, depuis le déluge de 1996, et ce, dans divers contextes. Cela dit, rarement ont-ils eu à prendre en charge des personnes laissées vulnérables dans le sillage d’une tornade. C’est ce qui s’est produit en juillet dernier à Hébertville, alors que la petite localité s’est retrouvée dans l’oeil d’un cyclone ravageur.

De passage dans la région, lundi, pour dresser le bilan des activités de l’organisme au cours de la dernière année, le vice-président provincial, Pascal Mathieu, a fait valoir que les changements climatiques ont un impact considérable sur le type de sinistres auxquels les populations sont maintenant confrontées. Certes, les incendies continuent de mobiliser les équipes chargées d’assurer la prise en charge de citoyens rendus vulnérables. Cependant, les tornades, les inondations et les feux de forêt sont de nouvelles préoccupations pour la Croix-Rouge et ses effectifs bénévoles.

« Les inondations ont peut-être été moins présentes ici dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean que dans d’autres régions du Québec l’an dernier. Mais c’est le type d’événements qui sont désormais sur notre radar. Les phénomènes météorologiques extrêmes sont de plus en plus fréquents. La Croix-Rouge s’assure que ses bénévoles sont prêts en tout temps afin de soutenir chacune des familles touchées, peu importe la situation à laquelle elle fait face, que ce soit un incendie résidentiel ou une tornade, comme ce fut le cas l’été dernier », a fait valoir Pascal Mathieu.

Interventions

En 2017, la Croix-Rouge a réalisé des interventions sur le terrain à 56 reprises pour venir en aide à des sinistrés. L’organisme a comblé les besoins de base de plusieurs familles, leur fournissant un toit et de la nourriture pour trois jours. 

« Le travail que l’on fait en est un de nature profondément humaine. On est là pour prendre en charge et réconforter les personnes qui vivent un drame. Ce n’est pas pour rien que nos bénévoles ont toujours un stock de toutous et de couvertures. La couverture est pour le froid, mais elle est aussi beaucoup pour le réconfort », image le vice-président provincial. 

Selon les chiffres fournis par Pascal Mathieu, 181 personnes ont été aidées par le pendant régional de l’organisme en 2017, impliquant quelque 69 bénévoles actifs sur le terrain. À cela s’ajoute une trentaine de personnes chargées de recueillir des fonds. Plusieurs événements ont d’ailleurs eu lieu au cours de la dernière année sur le périmètre du Royaume afin de garnir les coffres de la Croix-Rouge. On pense notamment à la vente de garage annuelle de Rio Tinto et aux événements Bouge pour la Croix-Rouge dans le Haut-du-Lac. Les villes sont des partenaires indissociables et Pascal Mathieu n’a pas manqué d’aller piquer un brin de jasette avec la nouvelle mairesse de Saguenay, Josée Néron, en marge de sa tournée régionale. 

Trousse

Pascal Mathieu rappelle l’importance de se préparer au pire et invite les gens à visiter le site de la Croix-Rouge pour se procurer une trousse de survie de 72 heures. Il indique que les citoyens peuvent eux-mêmes colliger le matériel nécessaire, en pensant à y inclure de l’eau, de la nourriture, des articles de premiers soins, des documents officiels et une copie des prescriptions médicales dont pourraient avoir besoin des membres de la famille. 

« C’est important de se faire un plan d’évacuation et d’avoir un sac près de la porte que l’on peut prendre quand on a seulement deux minutes pour quitter la maison », a rappelé Pascal Mathieu.