Le président de Nutrinor, Dominic Perron, et le chef de la direction, Yves Girard, ont présenté les résultats annuels de la coopérative qui regroupe 1055 producteurs agricoles du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
Le président de Nutrinor, Dominic Perron, et le chef de la direction, Yves Girard, ont présenté les résultats annuels de la coopérative qui regroupe 1055 producteurs agricoles du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Croissance record chez Nutrinor: les ventes dépassent le demi-milliard de dollars

La coopérative Nutrinor, qui regroupe 1055 producteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean, continue sa croissance, alors que les ventes ont dépassé le demi-milliard de dollars l’an dernier. La coopérative a aussi fait un bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) de 16,3 millions de dollars, un record.

Nutrinor a présenté les résultats de son dernier exercice financier dans le cadre de son assemblée générale annuelle, jeudi, à l’Hôtel Universel d’Alma, affichant un bilan financier supérieur aux prévisions triennales.

« Les résultats sont très positifs », se réjouit Yves Girard, le chef de la direction. Selon ce dernier, Nutrinor démontre ainsi son potentiel d’être le bras économique pour faire progresser l’agriculture régionale. La clé du succès : se différencier des géants en misant sur une démarche de développement durable.

Partenariat avec Danone

C’est justement cette démarche de développement durable qui a poussé le géant Danone à venir cogner à la porte de Nutrinor. « Ils cherchaient un partenaire en transformation laitière avec une chaîne de valeur en développement durable crédible », soutient Yves Girard. C’est ainsi que Nutrinor fournit désormais le lait pour la fabrication du yogourt sans sucre de Danone. « Ça demande déjà des volumes intéressants pour la laiterie d’Alma et ça débloquera sûrement sur d’autres projets au cours des prochaines années ».

Des investissements majeurs

« Nous terminons notre planification stratégique 2016 à 2019 avec une situation financière exceptionnelle, a souligné le président de Nutrinor, Dominic Perron. Nous avons investi plus de 85 millions $ au cours de ces années, dont 27 millions $ lors du dernier exercice. Tous nos secteurs d’activité ont profité de cette période d’effervescence, fortifiant ainsi notre positionnement dans nos marchés. »

L’an dernier, le volume de lait transformé a augmenté de 10 %, tout comme les ventes de produits de boulangerie. Les ventes ont aussi augmenté dans tous les secteurs agricoles, que ce soit dans les productions végétales, la meunerie, le centre de grains et les produits d’approvisionnement.

Au total, la coopérative a réalisé des investissements de 27 millions de dollars. De ce montant, les acquisitions d’Alain Royer Groupe Laitier et de Boulangerie du Royaume ont pesé lourd dans la balance. « L’acquisition d’Alain Royer Groupe Laitier, situé à Longueuil, est un investissement stratégique, mentionne Yves Girard. Cette entreprise de courtage a de très bons contacts avec l’ensemble des industriels laitiers au Canada ».

Outre ces acquisitions, Nutrinor a notamment investi 2 millions de dollars à La Fromagerie Champêtre et 5 millions de dollars à la Charcuterie Fortin, à Alma, en plus de construire deux haltes services Nutrinor à Alma et au Lac-Bouchette. La coopérative a aussi construit une usine de moulée biologique à Saint-Bruno et convertit le centre de grains de Normandin pour la production biologique, en plus de faire l’achat d’une route de transport de lait pour augmenter sa présence en dehors de la région.

Ces résultats ont permis de remettre une ristourne de 2,8 millions de dollars aux membres, dont 50 % seront versés en argent et le reste en parts privilégiées. Nutrinor a aussi procédé au rachat de 3,2 millions de parts privilégiées. Le bilan financier de Nutrinor démontre aussi que la coopérative a versé 267 000 dollars en dons et commandites sur le territoire du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Bien que les ventes et le BAIIA ont atteint des records, les excédents ont toutefois diminué, passant de 11,2 à 9 millions de dollars de 2018 à 2019. Selon Yves Girard, cette baisse s’explique par une ristourne moins élevée de la Coop fédérée (près de 900 000 $ en moins), des marges moins grandes dans le secteur des viandes et des amortissements et intérêts plus élevés.

Pour pallier le manque de main-d’œuvre, Nutrinor a aussi recruté des travailleurs temporaires guatémaltèques pour la Fromagerie Perron et la Charcuterie Fortin.

Une gouvernance participative

Avec la croissance de Nutrinor, la coopérative emploie désormais 900 personnes, dont 800 au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Et Yves Girard mise sur l’intelligence et la compétence de chacun de ses employés pour faire prospérer le fleuron régional. « Impliquer nos employés dans la prise de décision fait partie de notre philosophie de gestion. Cette gestion participative permet d’écouter les idées de tout le monde. Nos employés savent où on s’en va et comment on veut y arriver, ce qui facilite la participation aux projets », conclut-il en ajoutant que cette technique de travail lui permet d’apprendre autant que chacun de ses employés.

+

LA COOPÉRATIVE EN BREF

• Coopérative regroupant 1055 membres producteurs agricoles 

• Quatre domaines d’affaires : l’agriculture, l’agroalimentaire, l’énergie et les quincailleries. 

• 895 employés

• 198 millions $ : actifs de Nutrinor

• 505 millions $ : chiffre d’affaires pour l’année 2019 

• Le plus important producteur de poulets sans antibiotiques au Canada.

• Le plus important marchand BMR de la région avec ses quatre magasins BMR, en plus de la Coop Chicoutimi.