Les croisiéristes sont nombreux à visiter des attraits qui se trouvent en dehors des limites de l’arrondissement de La Baie.

Croisières: Raynald Simard contre l’étude

Le conseiller municipal de La Baie Raynald Simard est las d’entendre la population critiquer sans cesse les bateaux de croisière. L’échevin croit plutôt que les gens devraient voir le côté positif de ce projet porteur, qui a complètement métamorphosé le centre-ville de Bagotville et qui a eu un impact considérable sur l’assiette fiscale de la capitale régionale.

Raynald Simard n’a pas voulu s’inscrire en faux contre les propos récemment tenus par son collègue conseiller Éric Simard. Dans les pages de la dernière édition du Progrès, celui qui porte aussi le chapeau de président de l’arrondissement faisait part de son intention de commander une étude à même son budget de recherche pour mesurer les retombées directes du passage des touristes de la mer en sol baieriverain. Il laissait entendre que le milieu ne profitait pas suffisamment de la manne, puisque nombreux sont les croisiéristes à visiter des attraits qui se trouvent en dehors des limites de l’arrondissement.

Raynald Simard veut plutôt attirer l’attention de ses concitoyens sur tout le bon qui ressort de ce projet, financé aux deux tiers par les paliers supérieurs.

« On parle rien que des coûts. Je pense que s’il y a une étude à commander, c’est pour voir quelle a été la différence dans l’assiette fiscale à Saguenay pour ce secteur depuis 2009. De savoir d’où l’argent vient, si c’est un Chinois qui achète un souvenir ou si c’est quelqu’un de la région qui s’achète un sac de fromage en crottes, on s’en fout ! La question qu’il faut se poser, c’est : sans quai de croisières, est-ce que des commerces comme O’Gelato & Cacao seraient venus s’installer dans ce secteur-là ? Les revenus de taxes supplémentaires générés par la construction de nouveaux immeubles résidentiels, ça, on n’en parle jamais », martèle Raynald Simard.

Créer de la richesse
La revitalisation du centre-ville, l’enfouissement des fils électriques et l’implantation de bâtiments commerciaux, de restaurants ou de résidences luxueuses sont des facteurs d’attraction qui sont non négligeables pour La Baie, et Raynald Simard juge déplorable que les gens s’époumonent, encore aujourd’hui, sur le sempiternel sujet des retombées directes.

« Le rôle d’une ville, c’est de créer de la richesse sur son territoire. On se doit de donner des services. Ici, à La Baie, on est une porte ouverte sur le monde. Nous avons choisi de construire un port de croisières. Arrêtons de parler toujours de comment ça va nous coûter. Et pourquoi une étude ? Pour dire quoi ? En a-t-on vraiment besoin ? », se questionne le conseiller titulaire du district 13.

Selon lui, des enjeux d’importance nécessitent l’attention des trois conseillers municipaux de La Baie, qui forment une équipe soudée. Il aimerait que collectivement, élus et citoyens soient solidaires, et travaillent ensemble à l’essor de l’arrondissement et à ses intérêts supérieurs.

« Il faut aller plus loin et penser au bien collectif. On voit que le nombre de bateaux de croisières progresse d’année en année et que c’est gagnant pour la Ville. Tout ça va nous servir. On n’a qu’à penser à la plus-value que ça amène du point de vue de la Fabuleuse histoire d’un Royaume. Sans les croisières, est-ce que le spectacle serait encore là aujourd’hui ? », renchérit le conseiller Simard, qui planche sur des dossiers d’importance pour son secteur, des sujets à propos desquels il entend se positionner cet automne.